Le « Normand » de l’Hermione

Hommage à Alain Bourdeaux, Président de l’association du Festival des Mémoires de la Mer.

Décédé brutalement,  il y a quelques jours, à l’hôpital de Lisieux, Alain a été pendant 20 ans un des piliers de l’aventure de l’Hermione, des débuts du chantier au voyage américain.

A peine descendu de la passerelle de l’Hermione, Alain a pris la barre d’un projet enraciné dans « sa » région, la Normandie : la reconstruction à l’identique du bateau amiral de la flotte avec laquelle le duc de Normandie, Guillaume Le Conquérant, conquit l’Angleterre en 1066. Une reconstruction inspirée par la reproduction du navire sur la Tapisserie de Bayeux.

Coïncidence… le 5 janvier dernier, France 3 diffusait une émission spéciale des Racines et des Ailes sur  » l’héritage fabuleux des Normands » . J’étais heureux pour Alain, hospitalisé depuis plusieurs semaines,  que des millions de personnes puissent ce soir là, devant leur écran, mieux comprendre le sens de son projet. L’aventure de la Mora – c’est le nom du navire de Guillaume Le Conquérant – va continuer sans lui. Elle ira, j’en suis sûr, à son terme.

Et, de notre côté,  nous nous battrons pour faire vivre le Festival des Mémoires de la Mer dont la 1ère édition s’était déroulée en 2019 sur ses terres normandes, à Fécamp.

Soirée de la 1ere édition du Festival des Mémoires de la Mer en mai 2019 à Fécamp 
De gauche à  droite : Olivier Pagezy, Président de l’association Hermione-La Fayette,  Vincent Campredon,  directeur du Musée National de la Marine, Jean-Yves Coudriou, vice-président du Yacht Club de France,  Alain Bourdeaux et Benedict Donnelly

Nous avions noué, Alain et moi, depuis 30 ans une complicité et une amitié nourries de projets et de réalisations partagées mais aussi de navigations amicales des deux côtés de la Manche avec Claire et Annyvone, nos compagnes. Des traversées de Manche : pour la régate, comme durant cette course Cowes-Deauville remportée ensemble, il y a bien des années, sur son voilier de l’époque,  un Aphrodite 101; pour le plaisir aussi et la découverte des hauts lieux de l’histoire maritime britannique, à Portsmouth ou sur la Beaulieu River.

Un plaisir gâché, lors d’un week-end de l’Ascension, par un excès de zèle mal venu de la douane et de la gendarmerie maritime, débarquant brutalement de nuit au large de la baie de Seine, pour une fouille en règle de tous les recoins du Sun Fast 32, son nouveau voilier baptisé  » Mora »…, et battant piteusement en retraite au bout de deux heures, incapables de justifier à l’avocat rigoureux qu’était Alain, la légalité de leur arraisonnement spectaculaire,  mitraillettes au poing, projecteurs éblouissants et intimidations verbales par hauts parleurs à la clé.

On ne s’ennuyait jamais avec Alain Bourdeaux!

 Il va sacrément nous manquer.

Benedict Donnelly 

Pillage du poisson africain : la surpêche chinoise en accusation

Le film lauréat des Mémoires de la Mer 2020 « Poisson d’or, Poisson Africain », réalisé par Moussa Diop et Thomas Grand était un cri d’alarme sur les conséquences de la surpeche industrielle chinoise au Sénégal.

Extrait de « Poisson d’or, poisson africain » 

Le réalisateur Frédéric Brunnquell en témoignait ainsi dans son commentaire :

« Poisson d’or, poisson africain porte la force de la découverte ethnologique dans ce qu’elle a de meilleur. Le film  nous plonge dans le monde inconnu et saisonnier de la pêche à la sardinelle et de son exploitation au large des côtes sénégalaises. C’est un film absolu dont la précision puise dans le meilleur du grand reportage et y ajoute la justesse empathique et la compréhension fine du meilleur des documentaires. Nous découvrons les réalités complexes d’une communauté provisoire composée d’enfants, de femmes et d’hommes venus de toute l’Afrique de l’Ouest exploiter la ressource abondante en poissons des côtes de la Casamance.

Le film révèle que sur ces plages l’organisation complexe de ces pêcheries artisanales fait vivre toute une région qui s’étend sur plusieurs pays voisins. L’arrivée inéluctable de navires industriels et de la construction d’usines, à capitaux chinois, de farine de poissons menace tout cet équilibre économique à la sociologie si riche »


Le Monde du 12 janvier dernier, dans un article de Frédéric Bobin – « Au sud de Dakar,  les ravages de la pêche chinoise  » montre que la menace n’était pas imaginaire.. 

« A Mbour,  à 70 km au sud de Dakar… les pêcheurs locaux estiment la chute de leur activité à deux tiers en dix ans. Les dégâts sociaux d’un tel recul ne peuvent être que sévères dans un pays où la pêche artisanale fournit autour de 600 000 emplois directs et indirects, soit 17 % de la population active. Les femmes impliquées dans la transformation de la ressource en « poisson séché » ou  » poisson braisé « , aliments précieux car facilement conservables, figurent parmi les victimes collatérales de cet épuisement des ressources halieutiques. Et ce d’autant plus qu’elles doivent subir la concurrence d’usines d’huile de poisson- dont les chinois sont très friands pour leur aquaculture- qui prolifèrent sur le littoral atlantique  de la Mauritanie à la Guinée-Bissau. »

Frédéric Bobin mettait en lumière les méthodes utilisées par la pêche industrielle chinoise pour contourner les réglementations locales :  » Aucun accord de pêche n’ayant été signé entre Dakar et Pékin, les chalutiers chinois opèrent en général sous la couverture d’un prête-nom sénégalais enrôlé dans une société mixte.  » 

D’où les doutes sur la légalité de l’attribution des licences de pêche au Sénégal exprimée dans un rapport de Greenpeace Africa d’octobre 2020.

Le Routard

Plus troublant encore, une manipulation des données du système d’identification automatique (AIS) broulle la localisation des navires chinois… Dès 2016, un rapport de l’ONG Global Fishing Watch avait identifié les navires chinois  comme coutumiers des localisations fallacieuses »

Décidément, le braconnage en mer à grande échelle ne se limite plus aux seuls navires pirates dénoncés par d’autres ONG comme Sea Shepherd ( Lire  » A la poursuite du Thunder ») ni aux eaux internationales !

Benedict Donnelly

Partage des Mers, partage de la Mer : les océans au cœur des enjeux écologiques et géostratégiques.

En Juillet prochain se tiendra à Lisbonne à l’initiative de l’ONU une conférence mondiale sur la protection de la biodiversité en haute mer. Un enjeu sur lequel les négociations préparatoires à la fameuse convention sur le droit de la mer adoptée à Montego Bay, il y a près de 30 ans en 1982, avaient échoué.

Pour mettre la pression sur ce dossier, la France organisera en février prochain à Brest une réunion internationale baptisée « One Ocean Summit ».

Peut-on vraiment croire à l’avènement demain d’un ordre mondial en haute mer ?

1) La protection de la haute mer face à « la régression générale du droit »

Regards croisés d’hier et d’aujourd’hui.

L’amiral Pierre Vandier, chef d’état-major de la Marine.

Dans une interview récente à l’hebdomadaire le Point, le chef d’état-major de la Marine, l’amiral Pierre Vandier s’alarmait de « la régression générale du droit » en mer comme plus largement dans tous les espaces communs de notre planète.

« Certains acteurs n’hésitent plus à imposer leur loi dans leurs zones maritimes proches, à chercher des ressources dans des fonds marins qui ne sont pas placés sous leur souveraineté, à saboter discrètement des navires de commerce ou encore à territorialiser des îlots qui ne leur appartiennent pas.

Ces comportements décomplexés tendent à transformer la mer, espace commun à tous régulé par le droit international, en une jungle où tous les coups sont permis… L’ordre mondial s’effondre à grande vitesse. Les garde fous qui tiennent encore face au désordre croissant ne sont plus très nombreux. »

Les propos du chef d’état-major de la Marine m’ont remis en mémoire le commentaire… rugueux de Guy Ladreit de Lacharrière, le chef de la délégation française à la Conférence des Nations Unies sur le droit de la mer, conclue par la Convention de Montego Bay en 1982.

Je reprends ici des extraits de sa conclusion du colloque organisée en 1983 par la Société Française de Droit International « Perspectives du droit de la mer à l’issue de la 3ème Conférence des Nations Unies sur le droit de la mer. »

Une manière pour moi de saluer la mémoire de Guy de Lacharrière qui m’avait fait l’amitié de rejoindre le premier Conseil d’Administration du Centre International de la Mer, que j’avais créé en 1985 avec l’écrivain Paul Guimard, au cœur de la Corderie Royale de Rochefort.

Guy Ladreit de Lacharrière (à gauche)
Source; Wikipedia


« Les liens entre positions juridiques et intérêts nationaux ont été, à la Conférence du Droit de la Mer, d’une netteté, d’une transparence, voire d’un cynisme rarement rencontrés.

En écoutant un orateur, on pouvait définir les caractéristiques , en tout premier lieu géographiques, du pays qu’il représentait. Ce phénomène s’est présenté à la Conférence avec une clarté exceptionnelle. De surcroît, les intérêts nationaux qui se trouvaient derrière les positions juridiques étaient d’une nature telle qu’il était très difficile de compromettre à leur propos.

On a parlé beaucoup d’un devoir de compromis et chacun reconnaissait qu’il existait. Mais sur les intérêts en jeu il était très difficile de compromettre et tout d’abord parce qu’on ne compromet pas aisément avec la géographie, dont les données sont permanentes.

D’autre part, ce qui se passait à la Conférence du droit de la mer était très différent de ce qui se passe, disons, dans une conférence de négociations commerciales.

Dans une conférence de ce dernier type, on peut admettre, par exemple à propos de la stabilisation des prix des produits primaires, que certaines mesures bonnes pour les pays producteurs le seront aussi pour les pays consommateurs, de sorte que les intérêts des uns et des autres convergent.

Au contraire, les intérêts en présence à la Conférence du droit de la mer étaient tels que celui qui « gagnait » gagnait au détriment de celui qui perdait : si un pays était désormais en droit de pêcher tout le poisson de sa zone économique de 200 milles, son avantage était acquis au détriment des étrangers qui pêchaient jusque-là dans ces eaux, et il n’était pas possible de parler de prospérité de chacun contribuant à la prospérité de tous comme dans des négociations commerciales.

Le jeu joué à la Conférence est un jeu à somme nulle, où les gains des uns correspondent aux pertes des autres. Du moins c’est ainsi que pensaient les délégations, ce qui rendait les compromis fort malaisés. Autrement dit, il n’existait pas de mythe unificateur des intérêts permettant aux délégations d’être convaincues qu’en travaillant à l’intérêt commun, elles travaillaient aussi à leurs intérêts propres sur un grand nombre de domaines du droit de la mer comme l’étendue de la zone économique ou du plateau continental.

La transparence des liens entre intérêts nationaux et positions juridiques n’a pas été moins notable en ce qui concerne l’autre grand domaine du droit de la mer… : le domaine des institutions mondiales compétentes à l’égard des ressources des fonds marins internationaux.

Quand il a été admis qu’il s’agissait de créer une sorte de quasi-gouvernement mondial sur la moitié du globe, là encore la trop évidente adaptation des vues juridiques aux intérêts nationaux de ceux qui les présentaient a fait obstacle à un accord général sur des institutions dont l’importance était extrême en raison du domaine qui leur était attribué et du précédent qu’elles pouvaient constituer. Il s’est passé ce que l’on connait sur le plan interne, lorsque les partis politiques spéculent sur ce que pourraient leur rapporter les différents modes de scrutin. Raisonnant à propos des institutions mondiales à adopter, chaque délégation s’est rendue compte de ce qui allait se passer, de ce que les uns allaient gagner et de ce que les autres allaient perdre. Le mythe unificateur qui, là, pouvait peut-être être admis, n’a pas eu le temps de se dégager.

Dans sa dernière phase, la Conférence a voulu créer des institutions mondiales en abandonnant la logique du contrat social, en oubliant ses bonnes dispositions premières quant au respect des souverainetés et donc quant à l’usage du consensus qui en était l’instrument.

Au fond, à la fin de la Conférence, pour beaucoup de délégations, la volonté des autres est apparue comme agaçante… Pour des pays majoritaires dans une conférence, et même s’ils professent tous que le droit international trouve son fondement dans la volonté des Etats, la volonté des autres est agaçante ou irritante. A la Conférence du droit de la mer on a voulu court-circuiter, contourner cette volonté des autres en recourant au vote.

La grande leçon de la Conférence du droit de la mer tient en ceci que la volonté des Etats ne se laisse pas oublier ni contourner. Le droit international est, à l’heure actuelle, un droit négocié. Il y a toutes les raisons de s’en féliciter, sauf pour les partisans de la contrainte entre les nations. ».

2) Protection de la biodiversité en haute mer : vers un droit de l’océan ?

Regards croisés sur les négociations internationales

Le Monde titrait le 4 novembre dernier « COP 26 à Glasgow : l’océan, grand oublié » au dessus d’un article de Martine Valo qui présentait ainsi l’état des négociations internationales sur la protection des océans.

Martine Valo

« L’océan mondial ne figurait pas au programme des COP avant celle de Paris, en 2015. Sa timide apparition d’alors a donné lieu à la publication, quatre ans plus tard, du rapport spécial établi par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) sur « l’océan et la cryosphère dans le contexte du changement climatique ». Malgré l’ampleur saisissante des catastrophes annoncées, peu de décisions se sont ensuivies…

L’état de santé de l’océan se joue aussi sur d’autres scènes.

Au sein de l’Autorité internationale des fonds marins par exemple, où les Etats se préparent à exploiter les ressources minérales jusque dans les abysses. Ou encore à la Commission pour la conservation de la faune et de la flore marines de l’Antarctique (CCAMLR).

Le 29 octobre, pour la cinquième année d’affilée, l’Union européenne et les vingt-cinq Etats qui y siègent ne sont pas parvenus au consensus nécessaire pour créer de nouvelles aires marines protégées dans l’océan Austral, sur lequel ils sont précisément chargés de veiller.

Du côté de l’Organisation des Nations unies, l’urgence à agir pose aussi question. Les négociations internationales sur un futur traité juridiquement contraignant pour la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité en haute mer, au-delà des juridictions nationales, n’ont toujours pas abouti. Le lancement de ce processus remonte à 2012… »

Regards de juristes :

Patrick Chaumette, Professeur émérite de l’Université de Nantes et Directeur de la publication du Dalloz « Droits Maritimes ».

« Concernant les ressources biologiques en haute mer, aucun instrument international ne traite des écosystèmes marins dans leur ensemble notamment au-delà des zones sous juridictions nationales, c’est-à-dire en haute mer et dans la colonne d’eau. Des négociations sont en cours au sein des Nations unies afin d’examiner les recommandations de 2017 du comité préparatoire. Il s’agit de combler des lacunes de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDM), signée en 1982 à Montego Bay, quant à la préservation de la biodiversité et quant au statut des ressources génétiques des grands fonds marins. Ces dernières années ont révélé la richesse biologique de ces fonds ; si les prélèvements de ces ressources génétiques soulèvent peu de questions environnementales, il en va différemment du partage des avantages découlant de leur utilisation exclusive. »

Pascale Ricard, juriste en droit de l’environnement au Centre d’études et de recherches internationales et communautaires (CERIC), Aix-Marseille Université.

« J’ai commencé à m’intéresser au droit de la mer et à la biodiversité lors de mes études de master, puis j’ai consacré ma thèse à la question de la conservation de la biodiversité dans les zones maritimes internationales.

Ce sujet est passionnant pour plusieurs raisons. Tout d’abord, parce que les océans sont assez peu connus – moins que la surface de la lune –, alors qu’ils couvrent presque les trois quarts de la surface de la terre et constituent le berceau de la vie. Ensuite, parce que les mers et océans constituent des espaces communs que l’on peut qualifier de « biens publics mondiaux ».

Ce caractère commun implique un régime juridique très particulier qui diffère en grande partie des régimes juridiques applicables aux espaces terrestres, situés sous la souveraineté des États. Les États étant tous égaux et souverains, comment le droit peut-il assurer la protection d’espaces qui n’appartiennent à personne – ou bien à tous ?

Enfin, les océans sont caractérisés par leur continuité et connectivité physique et constituent pour certains scientifiques un seul et même écosystème. Néanmoins, le régime qui leur est applicable est caractérisé par une très forte fragmentation (géographique et juridique), ce qui semble a priori antinomique avec l’idée de continuité et constitue un facteur de complexité, à l’origine d’incohérences.

La biodiversité marine suscite un intérêt de plus en plus important, non seulement parce que de nombreuses espèces sont menacées de surexploitation, ce qui pose des problèmes en termes de sécurité alimentaire, mais aussi parce que sa grande diversité et le caractère très spécifique de certaines ressources génétiques marines (prélevées dans les régions polaires ou les sources hydrothermales en profondeur par exemple) est à l’origine d’importantes découvertes, dans le domaine médical notamment. Cela pose des questions concernant l’exploitation des brevets.

Des négociations entre États sont en cours afin d’adopter un nouvel accord visant à compléter la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer adoptée en 1982, qui est considérée comme une véritable « constitution » pour les océans. Ce qui est reproché à cette Convention, c’est de ne pas être suffisamment précise concernant les modalités de conservation et d’utilisation durable de la biodiversité des zones maritimes internationales, c’est-à-dire des zones se situant au-delà de la limite de 200 milles nautiques (64% des océans, soit la moitié de la surface de la terre).
Le nouvel accord devrait permettre, par exemple, de faciliter la création d’aires marines protégées en haute mer. Il a également vocation à préciser les modalités de mise en œuvre de l’obligation générale de réaliser des études d’impact environnemental pour l’ensemble des activités menées dans ces espaces.

De plus, il devrait préciser le statut juridique des ressources génétiques marines et les modalités relatives à leur exploitation. Cette dernière question cristallise des enjeux en termes d’équité entre pays développés et pays en développement. Les premiers souhaitent conserver un régime de liberté d’accès et d’exploitation des ressources génétiques, tandis que les seconds, ne disposant pas encore des technologies nécessaires, réclament un encadrement strict et un partage des bénéfices perçus de leur exploitation, à l’image du régime de patrimoine commun de l’humanité qui caractérise depuis 1982 la zone internationale des fonds marins. Les aspects économiques et environnementaux sont ainsi fortement liés.

D’autres discussions internationales sont actuellement menées au sein du Programme des Nations Unies pour l’environnement, concernant la question de la pollution des océans par les déchets de matière plastique. Les conférences relatives au climat, quant à elles, n’abordent quasiment pas le lien entre le climat et les océans, alors que l’ampleur des conséquences des changements climatiques sur ces derniers et le rôle qu’ils jouent dans la régulation du climat sont des problématiques également très importantes. »

Jean-Paul Pancracio,

Agrégé des facultés de droit, professeur émérite des universités, responsable de la rubrique « Questions maritimes et navales » de l’Annuaire Français de Relations Internationales (AFRI).

« Vers un océan mondial retrouvé » Vie Publique Novembre 2019

« Osons anticiper que le droit de la mer du XXIe siècle sera un droit fonctionnel transcendant limites et exclusivités.

Outre la probable persistance des zones maritimes et des découpages créés au cours du XXe siècle, ce sont les grandes fonctions maritimes assumées par les États et les acteurs intervenant en milieu marin qui devraient tendre à prévaloir : fonctions environnementale et de protection du milieu, de sécurité, de sauvegarde de la vie humaine, de gestion raisonnée des littoraux, de régulation de l’exploitation minière des fonds marins… fondées à l’échelle universelle sur des normes contraignantes permettant une gouvernance des océans.

L’évolution du climat global de la planète, la croissance démographique, la raréfaction des ressources halieutiques conjuguée à une demande accrue d’accès à ces dernières sont autant de défis qui ne seront affrontés qu’à ces conditions. »

Benedict Donnelly

Les Mémoires de la Mer à Rochefort : la « vista » d’Erik Orsenna !

Rochefort a accueilli début octobre les premières Rencontres des Mémoires de la Mer. Ces retrouvailles de Rochefort avec la mer, Erik Orsenna les avait appelées de ses voeux, dans la préface de son livre « Rochefort et la Corderie Royale », paru il y a plus de 25 ans :

« Toujours présente mais jamais visible, hantant les rêves d’autant plus qu’elle n’apparaît jamais, la mer est le grand amour impossible de Rochefort, le souvenir de l’âge d’or, le regret du large. Sinon la peur de l’Anglais, rien ne disposait la ville à devenir maritime. On a fait venir la mer au cœur des terres. Et, puis, un triste jour, après deux cent soixante ans d’Arsenal, deux siècles et demi de hauts, de bas, de passions contrariées, la nature a repris ses droits, l’amirauté ses billes, la mer s’en est allée. Voilà pourquoi Rochefort ressemble à ces êtres un jour touchés par un amour trop vaste : une fois l’aventure finie, il leur en reste, outre les blessures, une brillance immanente, une magnificence, la noblesse de ceux qui ont osé se surpasser. Que faire de la nostalgie ? Certains sombrent dans le culte et ne cessent de défiler en eux-mêmes comme de méticuleux anciens combattants. Rochefort a choisi l’énergie et sa musique : la gaieté. La mer est partie ? Eh bien faisons-la revenir. Les navires ont déserté ? On va en construire d’autres. Et de nouveaux  départs d’aujourd’hui vont égayer les retours d’hier. Peu de vieilles cités ont à ce point tissé, en peu d’années, autant de liens avec les lointains; les gens sûrs de leurs racines sont les plus audacieux voyageurs. »

Léo Ferré, Paul Guimard et … Rochefort : de « la Mémoire et la Mer » aux Mémoires de la Mer !

« La marée, je l’ai dans le cœur qui me remonte comme un signe…  »

La voix de Léo Ferré chantant les premières strophes de « La Mémoire et la Mer » a lancé le 1er octobre dernier au Théâtre de la Coupe d’Or à Rochefort la soirée des Mémoires de la Mer : un clin d’œil au concert donné par Léo Ferré, 30 ans plus tôt dans le même théâtre.

A l’issue de ce concert, j’étais allé trouver Léo Ferré dans sa loge, avec Jean-Louis Frot, le maire de Rochefort, pour lui proposer de revenir à Rochefort l’été suivant pour un concert exceptionnel  en plein air devant la Corderie Royale :  » Léo Ferré chante la mer ». Une proposition inédite pour lui qui l’avait immédiatement séduit. Son état de santé n’a pas permis au projet d’aller à son terme et au public d’entendre l’espace d’une soirée sur les bords de Charente un répertoire d’exception : « la Mémoire et la Mer », « Tu sors souvent la mer », « Les Étrangers », « le Bateau Espagnol », « La Mer Noire »,  « Ostende » ou encore « Rotterdam », la réponse de Ferré à l’Amsterdam de Brel :

« Un port du nord, ça plaît, surtout quand on n’y est pas, ça fait qu’on voudrait y être, ça fait qu’on ne sait pas bien s’il faut se taper le poète ou se taper la putain… »

Ce que j’ignorais, lors de la soirée des Mémoires, le 1er octobre dernier, c’est que la « Mémoire et la Mer » avait été interprétée pour la première fois par Léo Ferré en 1969 dans la maison de Paul Guimard à Doëlan dans le Finistère. J’ai déniché par hasard sur le net les images de cette « première » qui a fait l’objet, il y a quelques années, d’un reportage de France 3 Bretagne.

J’ai connu Paul Guimard bien plus tard et nous avons créé ensemble au milieu des années 80 le Centre International de la Mer au cœur de la Corderie Royale de Rochefort , là précisément où nous rêvions d’entendre Ferré chanter La Mémoire et la Mer !

Et où je rêve encore d’ entendre chanter « la marée, je l’ai dans le cœur »  par celles et ceux qui l’ont déjà interprétée :  Bernard Lavilliers, Michel Jonasz, Catherine Ribeiro…

Benedict Donnelly

Prix du film des Mémoires de la Mer 2021: « La tribu des dieux « 

Réalisé par Loïc Jourdain
Écrit par Mirjam Strugalla et Loïc Jourdain

Le commentaire de Frédéric Brunnquell

L’île de Tory au nord-ouest de la République d’Irlande, au large de la côte du Donegal, est forte comme un rocher au cœur de l’océan. Les rares touristes qui y débarquent parfois, après une traversée chahutée à bord du vieux ferry, sont accueillis par le Roi de l’île qui les remercie d’avoir bravé les flots. 

Ce souverain, désigné par les habitants, est arrivé à Tory il y a bien longtemps. Loïc Jourdain, le réalisateur de la Tribu des dieux, a suivi le choix des insulaires et a fait de Patsy Dan Rodgers le personnage principal de son documentaire. Nous, devant l’écran, sommes saisis par la justesse des cadres qui révèlent la richesse d’une culture vivante et le souci des habitants de la transmettre aux plus jeunes.

 Tous sur l’île parlent Gaélique, la langue de l’ouest irlandais. Sur un panneau ils ont écrit :  « Un pays sans sa langue est un pays sans âme ». Rapidement le film nous fait comprendre que pour garder leur communauté vivante, pour survivre sur cette île, oubliée de Dublin, et encore plus de Bruxelles, les habitants de l’île mènent d’incessants combats. Aux règlements qui les contraignent, ils opposent l’union indéfectible de leur groupe. Et nous applaudissons à leur détermination. Mais à un moment crucial du film, cette petite communauté de 150 habitants se révèle fragile. Tory le roc serait-il fait de glaise ? 

Quand l’Etat Irlandais décide de remplacer le vieux ferry par un navire inadapté, le consensus insulaire, s’effrite et menace toute la communauté. Avec ce film magnifique, tissé comme un conte lointain, Loïc Jourdain nous invite à réfléchir à l’existence de ces communautés insulaires situées aux confins de l’Europe. Et sans détour, montre qu’il est de notre devoir que ces insulaires puissent vivre, décider et travailler chez eux.

Prix de la BD des Mémoires de la Mer 2021 : « Les Naufragés de la Méduse » de Jean-Sébastien Bordas et Jean-Christophe Deveney

Bordas/Deveney – Les naufragés de la Méduse – Casterman

Le commentaire de Gilbert Buti 

Les organisateurs des Mémoires de la mer (Rochefort, octobre 2021) ont glissé involontairement un indice concernant l’album primé dans la programmation des rencontres, un indice placé au cœur même de la présentation du programme, à savoir une magnifique reproduction de…Méduse !

Car c’est en effet l’ouvrage dédié aux Naufragés de la Méduse qui est le lauréat de l’édition 2021 des Mémoires de la mer. Les auteurs sont Jean-Sébastien Bordas (dessinateur et coloriste) et Jean-Christophe Deveney (pour le scénario avec également Jean-Sébastien Bordas).

Le radeau de la Méduse…Le naufrage de la Méduse…même en resserrant les termes sur « Les naufragés de la Méduse », la première réaction de plusieurs membres du jury a été : « Encore !! Mais on sait tout sur la question ! » Un moteur de recherche indique entre 250 000 occurrences et près de quinze pages pour « Le radeau de la Méduse », à plus de 80 000 pour les « Naufragés ». Quel manque d’imagination ! Était-il nécessaire de revenir sur un sujet si rebattu ?

Eh bien, oui ! Vous avez bien fait de remettre le sujet sur le métier en surmontant, peut-être, de semblables remarques décourageantes. Car chacun connaît l’histoire de la Méduse (juillet 1816), entre les insuffisances et la suffisance de son capitaine (Chaumareys), la sombre épopée du radeau et le tableau qui s’en suivit deux ans après le drame (1818-1819). Pourtant l’album, fort de 175 pages et édité par les éditions Casterman, est original à plus d’un titre.

Signalons d’abord, ‑ ce à quoi n’ont pas été insensibles les historiens ‑ que vous avez pris appui sur une solide documentation, sur un ensemble de sources connues mais questionnées avec rigueur, en y apportant quelques touches personnelles, sans encombrer pour autant le récit et en faire un plaidoyer.

L’originalité majeure de ce récit, de ce double récit plus exactement, est d’avoir associé la tragique aventure maritime avec une partie de la vie de Théodore Géricault. Vous avez noué avec finesse les liens entre les deux versants de ce drame, entre fortune de mer et reconquête politique. En reprenant et en adaptant les mots de Michelet placés en exergue nous pouvons dire que : « C’est la France elle-même, c’est la société tout entière que vous embarquez sur ce radeau de la Méduse. » L’objectif a été atteint.

Le contexte politique, à terre comme à bord de la frégate, est brossé avec soin. On saisit, parfois avec rudesse, la volonté de revanche des monarchistes (comme le gouverneur embarqué Schmaltz et l’oncle de Géricault) et les espérances des républicains.

Les allers-retours entre l’atelier de l’artiste, à Paris, et l’océan lointain jusqu’aux rives du Sénégal, ponctués de personnages connus (Horace Vernet, Eugène Delacroix…) et de survivants de la tragédie (Alexandre Corréard et Jean-Baptiste Savigny, médecin tourmenté) se suivent aisément.

Car les transitions sont habiles : on perçoit la maîtrise de la technique des auteurs qui n’en sont pas à leur coup d’essai. Les différences de coloris, du bleu au noir, en passant par l’ocre traité en mode aquarelle, facilitent ces changements de registres.

Les pages ne sont pas surchargées de texte, certaines en sont totalement dépourvues, ainsi les trois dernières planches, comme pour laisser parler les éléments déchaînés ou pour inviter à la réflexion. Malgré les apparences ce n’est pas simple à réaliser et cela demande une très bonne entente, une bonne coordination entre le dessinateur et le scénariste (je sais ce qu’il en est, ayant été scénariste de cinq albums…).

On trouve une semblable maîtrise dans la variété des points d’observation pour suivre les scènes : « vue de dessus », avec drone, pour observer le pont du navire, pour scruter le radeau ou suivre la séparation du convoi avec le radeau…

Les cas de conscience ne sont pas escamotés. On pense à la question du cannibalisme sur le radeau et à la liaison amoureuse entre Géricault et sa jeune tante par alliance.

Naufragé de sa vie, Géricault est tourmenté, moins par la mort, que par les cadavres qui lui servent de modèle. En retraçant cet épisode douloureux l’artiste entend faire partager la vérité des faits en croisant les regards, maintenir la mémoire de la tragédie maritime (donc humaine), pointer la lâcheté de certains hommes et leur possible férocité : le parallèle entre la bagarre sur le radeau et le combat de chiens n’est pas simple raccourci. Il s’agit peut-être aussi de restaurer l’honneur perdu de la marine.

Une seule réserve formulée par certains lecteurs tient à la ressemblance de quelques personnages, notamment en début d’album, qui conduit parfois à des confusions. Mais on dépasse rapidement cela, emporté par le récit, par l’intrigue, certes largement connue, mais traitée de manière originale. Aussi, ce travail méritait d’être primé.

Le jury a été sensible, mais n’a pas été influencé, par le « micro-dossier » qui ferme le volume en présentant la maquette, grandeur nature, du radeau de la Méduse, de « la terrible machine » placée dans la cour du musée de la Marine de…Rochefort. Une construction « hallucinante » qui témoigne de la terrible épreuve…

Prix du livre des Mémoires de la Mer 2021 : « Le dictionnaire amoureux des Îles » d’Hervé Hamon

Hervé Hamon – Dictionnaire amoureux des îles – Plon

Le commentaire d’Alain Cabantous

Voici un livre qui obéit à la loi du genre, loi contraignante qui impose un choix subjectif pour ces cent îles (dont la fluviale île Seguin) plus une (Utopia) et dont le classement alphabétique conduit à une sorte de sauts de puce géographiques à suivre quand même à l’aide d’une carte. Pourtant grâce à cette nomenclature, H. Hamon nous livre aussi des fragments biographiques (mais où n’est-il allé ?) et affirme sa volonté de ne pas « faire le touriste » pour découvrir les îles d’abord à l’aune de leur histoire comme à celles des rencontres imprévues qu’elles suscitent.

Comme il le souligne dans l’introduction, chaque île, grande ou petite, existe pour elle-même tout en possédant des points communs avec toutes les autres. Ces terres entourées d’eau, sont toujours plus importantes que leur superficie puisqu’elles favorisent et développent à l’entour des domaines maritimes (économiques ou militaires), qu’elles sécrètent des histoires à nulle autre pareille et que ces montagnes émergées recèlent une dimension verticale qui « permet de penser la mer par en-dessous ».

A travers tout cet ensemble, on peut regrouper les « îles hamoniennes » en plusieurs catégories. D’abord celles qu’il fréquente très régulièrement (Ouessant, Sein, Chausey), ensuite celles où il a séjourné une ou plusieurs fois (Alcatraz, Giudecca, les îles du rivage norvégien) ; celles dont il ne connaît que le dramatique destin (Chagos, Tromelin, Pitcairn) ; celles qui servent de prétexte pour évoquer un personnage qui y est attaché : Chiloé pour Francisco Coloane, Fårö pour I. Bergman, Jersey pour Gerald Durrell, les Marquises pour Gauguin ou Melville, etc. ; celles enfin, peu nombreuses, que l’auteur, en amoureux transi,  évite soigneusement (Ré ou Saint-Barth).

L’intérêt majeur de ce livre réside dans le fait que les figures insulaires permettent de les tenir pour le reflet mais aussi pour le réel parfois exacerbé de nos problèmes contemporains.

 Il y a celles qui risquent de disparaître en raison du réchauffement climatique (Kiribati) ; celles qui profitent avec cupidité et arrogance des interstices financiers (Malte, îles anglo-normandes) ; celles qui sont devenues le tragique et perpétuel lieu d’échouage des migrants (Lesbos, Lampedusa) ; celles qui restent des points stratégiques majeurs ; celles qui meurent d’épuisement (Nauru), de misère (Nosy Be) ou de pollution (Henderson); celles qui exploitent sans vergogne les ressources halieutiques sous la pression de complicités européennes et où l’on apprend, par exemple, qu’à Chiloé, les « vertueux » Norvégiens ne le sont pas tant que cela.

Ainsi les îles sont aujourd’hui l’écho de la planète et de ses problèmes humains ou écologiques même si certaines continuent à se présenter ou à être présentées comme des territoires paradisiaques (Palaos).

Le livre foisonnant, très informé, recèle de vrais bonheurs d’écriture (Îles du Salut, de la Madeleine, Guernesey) en dépit de quelques digressions. On reste cependant séduit par tant d’érudition et de culture d’un vrai navigateur qui souligne à l’envi toute la gamme des possibles que lui ont ouvert ces territoires : entre les îles prison (Manus), les îles mouroir (Chagos) et les insularités idylliques offertes parfois à une quête solitaire. Sans compter, Hervé Hamon nous communique ici sa passion amoureuse à travers le miroir de ces heureuses déclinaisons

1er et 2 octobre 2021 à Rochefort, les Rencontres des Mémoires de la Mer

Des rencontres d’exception dans un site d’exception !

Programme-des-rencontres-des-Memoires-de-la-Mer-2021

Le visuel de l’affiche reproduit une aquarelle de Charles-Alexandre Lesueur « Méduse Chrysaoraa Lesueur » dessinée par l’auteur lors de l’expédition de Nicolas Baudin en Terres Australes, en 1800-1804 sous Bonaparte.

Cette aquarelle fait partie de la collection du Muséum d’Histoire Naturelle du Havre qui en a autorisé la reproduction pour les Rencontres des Mémoires de la Mer au cours de laquelle interviendra Jacqueline Goy, attachée scientifique à l’Institut Océanograhique – Fondation Albert 1er de Monaco et spécialiste mondiale des méduses. Jacqueline Goy fera à Rochefort une intervention inédite en écho à la projection de « La Sagesse de la pieuvre », Oscar 2021 du film documentaire. Elle évoquera notamment l’image de la pieuvre chez Jules Verne et Victor Hugo.