Actualités

Mis en avant

Montrer la richesse et la diversité des expressions culturelles et artistiques en lien avec l’univers maritime ;

Annoncer – et si possible commenter –  les sorties de livres, de bandes dessinées, de films qui enrichissent notre regard sur l’océan, ses défis d’hier et d’aujourd’hui ;

Susciter curiosité et intérêt pour les festivals, les rencontres, les expositions organisées partout en France tout au long de l’année :

… C’est l’ambition de cette rubrique qui souhaite se nourrir et s’éclairer de vos contributions. 

« La Chine, un empire à l’assaut du droit de la mer »

Sur le pont d’envol du porte-avions chinois Liaoning en 2017 (Photo : Xinhua)

Nathalie Guibert nous a autorisé à reproduire ci-dessous le remarquable dossier qu’elle a publié dans le Monde des 7 et 8 mars 2021. Nous lui en sommes particulièrement reconnaissants. 

« La Chine, un empire à l’assaut du droit de la mer »

« En affichant sa souveraineté en mer de Chine du Sud, Pékin fait prévaloir des droits dits « historiques » sur les règles internationales, qu’il sape chaque jour de façon plus agressive.

Un destroyer de l’US Navy qui passe dans le détroit de Taïwan, début février, au nom de la « liberté de navigation ». Deux porte-avions américains qui s’exercent de conserve en mer de Chine du Sud quelques jours plus tard. Suivis par dix bombardiers chinois, lancés dans une mission fictive de frappes antinavires. Avant que l’Armée populaire de libération ne lance simultanément ses trois flottes, celles des mers du Nord, de l’Est et du Sud, pour un mois de mars d’exercices tous azimuts…

Entre les deux grandes puissances, la saison des démonstrations de force bat son plein, comme pour marquer l’arrivée du nouveau président américain, Joe Biden, à la Maison Blanche. La guerre n’est toutefois pas à l’ordre du jour. Dans les approches de la Chine, c’est un pilier majeur de la mondialisation que les deux grands éprouvent : le droit international de la mer.

Les Etats-Unis n’ont pas signé la Convention des Nations unies sur le droit de la mer adopté en 1982, à Montego Bay (Jamaïque), dont ils sont aujourd’hui les défenseurs les plus bruyants. La Chine, elle, a ratifié le texte, mais le sape chaque jour de façon plus agressive, en affirmant comme sienne la mer située à l’intérieur de la « ligne en neuf traits » – ce grand U qu’elle a dessiné unilatéralement, en 1947, et qui, depuis Taïwan, longe les Philippines, Brunei, l’Indonésie, la Malaisie et le Vietnam.

Tous ces riverains se heurtent à cette « frontière » dénuée de base légale. Elle empiète sur leurs eaux territoriales, dans lesquelles Pékin occupe nombre d’îles parmi les Spratleys et les Paracel, disputées par tous. En lançant son vaste exercice naval le 1er mars, le ministre chinois de la défense a déclaré : « Nous ne perdrons pas un pouce des terres que nous ont léguées nos ancêtres. »

Pour asseoir sa puissance montante, l’empire de Xi Jinping est devenu un Etat révisionniste du droit maritime international. L’attitude actuelle de la Chine « représente la plus grave des tentatives récentes de le violer », explique Collin Koh, un spécialiste de l’école S. Rajaratnam d’études internationales, à Singapour : « Elle cherche à tirer parti de son pouvoir militaire croissant pour contraindre les Etats côtiers de la mer de Chine du Sud à renoncer à exercer leurs droits légitimes garantis par la Convention de l’ONU, à savoir exploiter les ressources situées dans leur zone économique exclusive [ZEE]. »

A l’instar de nombreuses autres règles multilatérales, la convention de Montego Bay vit-elle ses dernières heures ? Elle est en tout cas en danger, estime, en France, Pascal Ausseur, directeur de la Fondation méditerranéenne d’études stratégiques.

« La mer est longtemps restée “la chose commune”, selon le principe formulé par Grotius au XVIIe siècle, avant de ne devenir qu’une aire de transit au service du commerce des empires coloniaux européens, rappelle-t-il. Montego Bay a scellé un compromis pour une appropriation raisonnable de leurs eaux par les Etats. Mais, à présent, les puissances continentales – Chine, Turquie, Russie – réclament davantage. »

La convention a inventé les « eaux territoriales », une bande s’étendant jusqu’à 12 milles marins des côtes, sur laquelle s’applique la souveraineté de l’Etat. Le texte de l’ONU a également mis en place les ZEE, tracées selon un code précis jusqu’à 200 milles des rives et sur lesquelles l’Etat côtier exerce des droits souverains, concernant notamment les ressources naturelles. Les ZEE ont été créées avec le principe d’un « résultat équitable » pour les Etats qui, placés face à face, se disputeraient des eaux.

Dans les mers fermées comme la Méditerranée, ou encombrées, telle la mer de Chine méridionale, il fallait une négociation politique. D’innombrables arrangements bilatéraux ou régionaux, complétés par des accords sur la pêche, ont depuis été conclus, afin que la cohabitation de riverains avides de poissons ou de gaz soit la moins mauvaise possible.

Ilots contestés

Le droit international définit aussi ce qu’est une île, ouvrant droit à des portions souveraines de mer. Ce qui a conforté les Etats-archipels tels que l’Indonésie ou les Kiribati, avant d’être réinterprété par la Chine. Le texte de 1982 précise enfin que la souveraineté des eaux « s’étend à l’espace aérien au-dessus de la mer territoriale ainsi qu’au fond de cette mer et à son sous-sol ». Sur cette nouvelle carte, des règles organisent le droit de chacun à naviguer dans les eaux territoriales des autres, en définissant le « passage inoffensif » : une circulation libre, à condition de ne pas polluer, pêcher ou collecter du renseignement. Les navires de guerre ont le même droit, s’ils cessent leurs activités (pas de mise en œuvre d’hélicoptères par exemple). Les sous-marins doivent passer en surface.

Pékin ne réclame pas la mise au rebut de la convention de Montego Bay. Mais il en tord tous les principes, au nom de « droits historiques », sans base légale, revendiqués à l’ONU en 2009 : par note verbale, la Chine déclarait une zone maritime de 2 millions de kilomètres carrés, îles comprises. De premières constructions avaient commencé en 1988 sur le récif de Johnson du Sud, dans l’archipel des Spratleys. Pékin a accéléré la poldérisation des îlots contestés en mer de Chine du Sud, au cours des années 2010, en y édifiant des bases militaires.

Depuis, la Chine conforte ce fait accompli, multipliant les incidents avec les navires qui s’approchent des côtes. Le régime communiste n’a tenu aucun compte du jugement, émis en 2016, par la Cour permanente d’arbitrage de La Haye, selon lequel la « ligne en neuf traits » n’avait « aucun fondement juridique » et ne pouvait justifier l’extension de la ZEE chinoise. L’arbitrage avait donné raison à Manille, soucieux de voir ses droits clarifiés après que des gardes-côtes chinois avaient expulsé, en janvier 2013, les pêcheurs philippins du récif de Scarborough, dans les Spratleys.

« Le discours des Chinois reste ambigu, explique Christophe Prazuck, directeur du tout nouvel Institut de l’océan de l’Alliance Sorbonne Université, et ancien chef d’état-major de la marine française. Ils ne disent jamais quel est le statut des eaux à l’intérieur de la “ligne en neuf traits”, ne parlent pas de ZEE ou d’eaux territoriales chinoises. Car le faire serait pour eux s’aliéner les pays de la région. Ils attendent simplement que des opportunités se présentent, et prennent des positions. »

En 1982, à Montego Bay, c’est un point d’équilibre historique qui avait été atteint par la communauté internationale, à l’issue de discussions commencées neuf ans plus tôt. La convention mettra douze ans de plus pour entrer en vigueur… mais on avait concilié le principe séculaire de la liberté de naviguer et la soif nouvelle d’appropriation des mers. La Chine des années 1980 déclarait déjà 200 milles marins pour ses eaux territoriales, « quand les Etats-Unis se contentaient des 3 milles en vigueur, rappelle M. Ausseur. Ronald Reagan disait que les eaux territoriales n’étaient pas son sujet ! Il n’avait pas besoin d’un droit de la mer ni de frontière sur les océans, seule comptait pour lui la liberté de navigation. »

« Dans la ZEE, chacun est maître de ses poissons, c’est tout, souligne Eric Frécon, chercheur associé à l’Ecole navale française et à l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine de Bangkok. Ce n’est pas la souveraineté, point. Ce sont des droits souverains. Le voisin n’a pas à demander l’autorisation de passer un câble ou d’y faire naviguer ses garde-côtes. On est dans le règne du “oui, mais”… »

Ces règles subtiles sont aujourd’hui battues en brèche par la montée des nationalismes. En août 2020, pour la première fois, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne ont adressé une note verbale commune dénonçant le non-respect de la convention par Pékin en mer de Chine du Sud. Une pression inhabituelle, bien que sans conséquences pratiques directes. Selon les trois européens, la Chine ne peut arguer des constructions artificielles dans les Spratleys et les Paracel pour en changer les droits maritimes. « Si, a rétorqué Pékin, la souveraineté territoriale de la Chine, ses droits maritimes et ses intérêts en mer de Chine du Sud sont établis dans le cours long de l’histoire. »

La France ne peut que figurer parmi les plus ardents défenseurs de Montego Bay. Ses territoires ultramarins lui ont conféré du jour au lendemain la place de deuxième empire maritime mondial, avec une ZEE de 10,2 millions de kilomètres carrés, derrière les Etats-Unis (12,2 millions de kilomètres carrés). Paris a aussi su profiter des droits concernant le plateau continental : pour étendre ce territoire sous l’eau, 25 millions d’euros ont été dépensés dans des campagnes scientifiques d’exploration depuis 2003. A ce jour, 730 000 kilomètres carrés supplémentaires ont été reconnus français par le droit international, et 500 000 autres sont en cours d’examen aux Nations unies.

Paris a éprouvé un raidissement chinois dans la période récente. « L’armée française n’a pas sa place dans la mer de Chine du Sud », a ainsi titré le China Daily, le 22 février. La ministre des armées, Florence Parly, a eu les honneurs du média d’Etat pour avoir communiqué sur la présence d’un sous-marin d’attaque de la marine nationale dans la région. « La défense de la “liberté de navigation” est un prétexte fallacieux, dont l’origine tient au fait que les Etats-Unis considèrent la Chine comme un rival stratégique », accusait l’article en sous-entendant que Paris se rapprochait trop de Washington. En avril 2019, un passage de la frégate Vendémiaire dans les eaux internationales du détroit de Taïwan avait, pour la première fois, suscité une violente réaction de Pékin au motif qu’elle avait pénétré, là, « les eaux territoriales chinoises ».

Innombrables incidents

« Le problème n’est pas qu’il existe des différends, car il est normal que chacun essaie de tirer avantage du droit. Le problème est qu’on ne trouve pas de compromis », s’inquiète M. Prazuck. Dans leur confrontation, Américains et Chinois se livrent à un dialogue de sourds, explique M. Koh. La « militarisation » de la mer de Chine du Sud, dénoncée par les Etats-Unis, est une « légitime défense » pour le régime de Xi Jinping. La ZEE n’est plus « exclusivement économique » pour Pékin, mais « zone de sécurité ». Qui réduit la liberté de navigation promue par Washington à celle des bateaux civils.

Comment en est-on arrivé là ? « Les Chinois ont reçu un laissez-passer » dont le monde paie aujourd’hui un prix élevé, selon M. Koh. Il ajoute que, quand ils ont commencé à bâtir des îles en mer de Chine, « rien n’a été fait pour les arrêter. Cela leur a permis de changer de discours et d’affirmer que ce sont les Etats-Unis, avec les passages de leurs navires de guerre, qui les ont forcés à militariser la région ». Désormais, accepter le transit des bateaux militaires, comme le prévoit le droit international, obligerait Pékin à admettre la réalité des innombrables incidents qu’il a provoqués, en violation de ce même droit.

La Chine n’est pas seule à fragiliser la convention de Montego Bay depuis sa mise en vigueur en 1994. Dans son « Rapport annuel sur la liberté de navigation », le ministère américain de la défense dénombre, pour l’année 2019, une quarantaine de « revendications maritimes excessives », de la part d’une vingtaine d’Etats, dont le Brésil, l’Equateur, l’Iran, les Maldives, Oman, la Roumanie, la Tunisie…

La Turquie, non signataire de Montego Bay, bouscule depuis plusieurs années les équilibres atteints en Méditerranée en affichant de nouvelles revendications autour de Chypre et au large de la Libye. La découverte d’hydrocarbures et l’instrumentalisation des sujets extérieurs par le président Recep Tayyip Erdogan, à l’adresse de son électorat nationaliste, poussent Ankara à contester les droits accordés aux îles grecques par Montego Bay. « M. Erdogan veut négocier une ZEE pour neutraliser les îles du Dodécanèse », résume M. Ausseur.

En Méditerranée, les ZEE avaient été considérées comme difficiles à établir, car elles se chevaucheraient. La Grèce n’avait pas porté ses eaux territoriales à 12 milles marins pour éviter la guerre. « Si Athènes le décidait demain, la mer Egée deviendrait grecque à 60 %, et le passage des navires turcs tomberait sous le régime du transit inoffensif », souligne M. Prazuck.

Mais l’accord maritime bilatéral passé par la Turquie avec la Libye, fin 2019, pour tracer une nouvelle frontière fait fi des droits économiques grecs. Et la ZEE que la Turquie exige pour le nord de Chypre (qu’elle occupe) affiche la forme d’un escargot s’enroulant autour de l’île jusqu’au sud, territoire grec, ce qui revient à une simple prédation.

La Russie, pourtant signataire de Montego Bay, a aussi rompu avec le droit international maritime en mer d’Azov, après l’annexion territoriale de la Crimée en 2014 : en considérant qu’elle était souveraine sur l’ensemble des rives de la mer et sur le détroit de Kertch, elle a mis à mal l’accord qu’elle avait avec l’Ukraine sur l’usage de ces eaux. Et fermé, de fait, la mer d’Azov. Un arbitrage est en cours entre les deux pays sur le sujet.

Si les visées chinoises préoccupent plus que toutes les autres les chancelleries, c’est parce qu’une nouvelle « normalisation », insidieuse, s’installe en mer de Chine du Sud. Pendant la pandémie de Covid-19, a noté, fin 2020, l’Asia Maritime Transparency Initiative (AMTI), la fréquence des patrouilles chinoises a augmenté. Autour des récifs de Scarborough, Second Thomas, Luconia et Vanguard, les navires chinois ont à maintes reprises coupé leur système d’identification automatique. Des incidents réguliers avec des bateaux malaisiens et vietnamiens menant des activités gazières et pétrolières ont été recensés.

Or, les pays riverains de la mer de Chine du Sud « s’abstiennent le plus souvent de déployer des navires de police ou de l’armée pour contester ces patrouilles de routine, remarque AMTI. Cela suggère que la Chine est en train de normaliser avec succès sa présence ».

Hanoï s’interroge, depuis 2018, sur l’opportunité d’une procédure d’arbitrage contre Pékin au sujet du récif Vanguard, contesté. Avec le risque de voir une décision juridique favorable à Pékin. « Pour sa ZEE et son plateau continental, le Vietnam a utilisé une ligne de base [limite des eaux à marée basse] qui n’est pas conforme à la convention », avance Mark J. Valencia, chercheur invité à l’Institut national des études de la mer de Chine du Sud, installé en Chine. Mais les craintes vietnamiennes sont aussi politiques, face à d’éventuelles mesures de rétorsion chinoises.

Des garde-côtes armés

Les flottes de miliciens pêcheurs utilisées par Pékin, associées à ses garde-côtes, ont un effet dissuasif. Ces moyens volontairement placés sous le seuil de l’agression caractérisée, confortent la « zone grise » dans laquelle évolue la Chine. Au service de sa stratégie, le pays vient d’ailleurs de renforcer ses garde-côtes : entrée en vigueur le 1er février, la loi sur la police maritime autorise leur armement, y compris des armes lourdes, transformant de facto ces navires civils en navires militaires.

L’article 30 de la convention de Montego Bay évoque les risques d’escalade : « Si un navire de guerre ne respecte pas les lois de l’Etat côtier dans les mers territoriales, [ce dernier] peut exiger qu’il la quitte immédiatement. » Des missions de renseignement peuvent pénétrer dans les ZEE sous prétexte de pêche. La convention n’a pas, en outre, prévu l’émergence des drones sous-marins embarqués, comme ceux que Pékin envoie actuellement cartographier l’océan Indien, au grand dam de ses voisins. « Les Etats-Unis se sont déjà écharpés sur la licéité de manœuvres en ZEE avec les Brésiliens, les Malaisiens et les Chinois », note M. Frécon, à Bangkok. Non armé, le navire de surveillance américain Impeccable, toujours actif en mer de Chine du Sud, avait ainsi été stoppé net, en 2009, par des pêcheurs chinois, devant la base des sous-marins de Hainan.

La pêche illégale, en pleine expansion, nourrit dangereusement la montée des tensions, alors que Pékin envoie des flottilles de plusieurs centaines de bateaux épuiser les ressources halieutiques au large de nombreux Etats, du Chili à Oman, en passant par le Sénégal.

« Le principal problème est devenu l’incapacité de certains Etats à surveiller leur domaine maritime », assure M. Koh. « Tout ce qui n’est pas contrôlé est pillé, et tout ce qui n’est pas pillé est contesté, dit M. Prazuck. Ce que font les Chinois démontre que l’exploitation économique est le premier pas vers la remise en cause de la souveraineté. » Les problèmes se complexifient à mesure que la Chine affiche ses ambitions globales, en s’appuyant sur sa notion « d’intérêts de développement ». « Elle va bientôt apparaître dans beaucoup d’autres endroits que la mer de Chine du Sud, et elle aura des contacts rapprochés avec bien d’autres marines que celle des Etats-Unis. », prévoit M. Koh.

« Il est temps de reconnaître que la convention n’est pas parfaite », estimait, en juillet 2020, Achin Vanaik, militant auprès du Transnational Institute, un think-tank basé à Amsterdam. Dans le média associatif en ligne indien The Wire, il notait que « les plus grands bénéficiaires de la création des ZEE ont été les pays dotés d’un immense littoral (Russie, Australie) et les grands Etats-archipels (Indonésie, Japon), mais surtout les trois premières puissances coloniales et impérialistes des XVIIIe et XIXe siècles et du début du XXe siècle, à savoir le Royaume-Uni, la France, puis les Etats-Unis. » Selon lui, établir de telles ZEE a inauguré « un processus de privatisation-nationalisation visant à réduire ce que l’on a appelé le “bien commun mondial” ». Après Montego Bay, regrette-t-il, 36 % des eaux mondiales ont été exclues de « l’héritage commun de l’humanité ».

La convention de 1982 tient bon ; un Etat seul ne saurait la remettre en question, estime le Quai d’Orsay, et la dégradation de la situation maritime en Asie du Sud-Est reste l’exception. Le « statu quo » actuel ne signifierait pas que la stratégie chinoise du fait accompli ait atteint son but, tant que les navires de commerce et les bateaux de guerre continuent d’y circuler. C’est ce à quoi s’échinent les marines américaine, française, et australienne, qui croisent dans la région.

Un texte suffisamment souple

D’autant que le droit de la mer évolue. La notion d’île doit encore être consolidée par la Cour internationale de justice. En 2016, la cour arbitrale en avait adopté une définition stricte, excluant les récifs impropres à l’habitat humain permanent et aménagés artificiellement. La décision avait été jugée très restrictive, notamment par la France, pour qui le haut-fond de Bassas da India, dans le canal du Mozambique, possède une situation juridique fragile pour justifier une ZEE. Le mot d’ordre des autorités françaises est la « vigilance » quant à l’effectivité de certains de ces droits acquis à Montego Bay. Certains ont été générés autour de territoires sur lesquels persistent des différends. C’est le cas des 280 000 kilomètres carrés de la ZEE de l’île Tromelin, revendiquée par l’île Maurice.

La solution trouvée par l’Inde et le Bangladesh à leur dispute sur leur frontière maritime, en 2014, démontre la résilience du droit international. « C’est l’un des meilleurs exemples de la façon dont un Etat beaucoup plus puissant qu’un autre peut discuter et accepter les jugements d’un tribunal sous les auspices de la convention, illustre M. Koh. La force ne signifie pas le droit. » D’autres pays du Sud-Est asiatique ont porté leurs contentieux devant la Cour internationale : la Malaisie et Singapour dans le cas de Pedra Branca, en 2008 ; la Malaisie et l’Indonésie au sujet de Ligitan et Sipadan, en 2002.

La souplesse offerte par le texte de Montego Bay pour régler les différends politiques a démontré sa force. « Il est acquis qu’il n’y a pas de frontière de barbelés en mer, que la fameuse ligne rouge ne saurait exister », souligne M. Frécon. C’est un dégradé de souverainetés, dans lequel peuvent prendre place tous les moyens dont les Etats ont besoin pour sauver la face, depuis les visites diplomatiques jusqu’à la militarisation, fait-il valoir.

Le texte a cependant besoin d’être actualisé, notamment pour prendre en compte la prolifération des drones marins. Il doit aussi être complété pour répondre à l’enjeu de la protection de la haute mer. Les capacités techniques de prospection et la pression économique ont changé la donne. « Sauvegarder la biodiversité devient une dimension importante de la légitimité à occuper un endroit, un argument de responsabilité dans une négociation », estime M. Prazuck. Bousculée par l’appétit chinois, la préservation des ressources prend une valeur géopolitique croissante ».

Nathalie Guibert

https://www.lemonde.fr/international/article/2021/03/05/la-chine-un-empire-a-l-assaut-du-droit-de-la-mer_6072085_3210.html

« Les mots de Lulu »

J’aurais eu bien besoin des mots de « Lulu » pour rendre hommage, sur ce site
du Festival des Mémoires de la Mer à Lucien (Lulu) Gourong, emporté par le
Covid lundi dernier dans son pays de Lorient.

Le 6 juin dernier, il m’avait envoyé spécialement pour ce site un magnifique
texte d’hommage à Mikaël Yaouank, le fondateur du groupe musical des
Djiboudjeb.

« Mikaël Yaouank, c’était une gueule de bat-la-houle taillée à la hache
d’abordage, une voix rocailleuse d’un tempestaire capable de faire taire une
bordée de tosse-mer en ribote dans n’importe quel abri côtier du moment qu’il
fût doté d’un bar, une tête de caboche capable de la plus grande aménité.
Mikaël, mon vieux pote de scène, de bringue et de troquet, a commencé à
chanter avec un compère lorientais Yan Ber au tout début des années 1970.
Que ce soit en solo, en duo, en groupe, notre Yaouank national a tout chanté du
répertoire inspiré par la mer, ses hommes, ses aventures, tout, pratiquement
tout, chansons, ritournelles, romances, rengaines, complaintes, ballades, tout
du moment que le contenu en fut empreint d’océanité… »

Façonneur de mots, Lucien Gourong a été toute sa vie un formidable passeur de mémoire.

Une mémoire dont la mer était rarement absente, parce qu’elle était la sienne,
celle d’une famille de l’île de Groix où on était marin de père en fils. Une
mémoire vivante, restituée avec gourmandise, avec truculence par un conteur
hors pair mais aussi par tous les artistes qu’il avait contribué à faire connaître, il
y a bien des années, dans sa fameuse auberge-cabaret de Merlevenez : Kloz An
Douet !

Pour Lucien Gourong, la mémoire comme le patrimoine, c’était une richesse à
faire vivre et à partager grâce aux ressources de l’imaginaire et de la création
artistique : un partage dont la convivialité et le sens de la fête étaient aussi les
ingrédients indispensables !

Cette mémoire était bretonne, bien sûr mais, pour lui, elle ne connaissait pas
de frontières, pas plus à l’intérieur de l’Hexagone qu’à l’extérieur.

Même si bien peu aujourd’hui s’en souviennent, Lucien Gourong a contribué
plus que tout autre à ré-ancrer Rochefort dans l’imaginaire maritime.

Par ses ballades contées au fil de la Charente et de la Corderie Royale, qui ont
trouvé leur point d’orgue dans une fameuse nuit du patrimoine en 1992 : ce
soir-là, dans la douceur d’une soirée d’été indien, tous les habitants de
Rochefort avaient déambulé, accompagnés de conteurs et de chanteurs, sur les
différents sites de l’ancien arsenal, mis en scène pour la circonstance dans leur
parure du 18 ème siècle.

Puis, pendant 20 ans, depuis les tout débuts et jusqu’au voyage américain,
Lucien Gourong a accompagné l’aventure de l’Hermione.

Le 6 juillet 2012, lors de la mise à l’eau de la coque de l’Hermione, il avait tenu
en haleine toute une après-midi les 65 000 personnes venues célébrer ce
moment attendu depuis tant et tant d’années, en redonnant vie à l’arsenal de
Colbert et à tous les métiers qui y étaient alors rassemblés.

Il m’avait proposé, entre autres, ce jour-là, de reprendre l’air de la Danae,
chant de marins traditionnel du gaillard d’avant, en adaptant les paroles pour
en faire l’hymne de l’Hermione :

« C’était une frégate, lon la,
C’était une frégate,
Hermione, elle s’appelait
A prendre un ris dans les Bass’ voiles
Hermione, elle s’appelait
A prendre un ris dans les huniers »

Quelques jours plus tard, il m’avait écrit pour me dire son envie de continuer à
accompagner l’Hermione :

« J’aimerai pouvoir un jour poursuivre ce travail entrepris autour de ces
personnages de fiction que j’ai créés pour l’événement et dont je n’ai
fait qu’évoquer l’histoire : Mathurin Bernier, le scieur de long venu du
Limousin, Baptiste Carnec, le bagnard brestois, Thomas Babaud, le novice
marinier qui vient avec la gabarre de son grand-père livrer du fret à
l’arsenal, le canonnier Laroche de Rochefort, embarqué sur l’Hermione.
Il y aurait peut-être même une BD à imaginer avec ces personnages de
chair et de sang même s’ils sont inventés. Mais le conteur ne fait que
boucher les trous où l’histoire ne sait rien, n’a rien à dire. »

Nouveau message en octobre 2014 alors que l’Hermione naviguait pour la
première fois en mer.

  « J’ai lu dans la presse que l’Hermione volait sur l’eau. Peut-être que se
présentera une opportunité, eu égard au rôle, bien que modeste, que nous
avons joué dans le projet, de pouvoir un jour s’y embarquer pour un
moment de découverte. Et puis, il me reste aussi toutes ces notes
accumulées du travail que j’avais effectué pour la mise en l’eau et dont
nous pourrions peut-être envisager une exploitation.
Par exemple, un livre de chansons avec des textes de présentation des
chansons de tous les corps de métiers qui ont œuvré à la construction,
depuis les chansons de mariniers de la Charente jusqu’aux chansons de
gaillard d’avant, en passant par celles des bûcherons, des scieurs de
long, des calfats, des voiliers, etc… »

Puissent les mots et les rêves de Lulu prendre demain racine sur les rives du
Scorff, du Blavet et… de la Charente !

Benedict Donnelly

« Hommes des tempêtes » : lisez d’abord le livre !

Si vous n’avez pas encore eu la chance de voir le film de Frédéric Brunnquell « Hommes des Tempêtes », ne vous précipitez pas !

 Lisez d’abord le livre, signé du réalisateur, qui vient de paraître aux Éditions Grasset.

Comme tous les membres du jury du film des Mémoires de la Mer qui, en 2019, avait plébiscité à l’unanimité « Hommes des tempêtes », j’avais été fasciné par la puissance des images de tempêtes filmées par Frédéric Brunnquell à bord du Joseph Roty II, l’un des derniers grands chalutiers français, spécialisé autrefois dans la pêche à la morue sur les bancs de Terre-Neuve, reconverti aujourd’hui dans la pêche au merlan bleu en Atlantique nord.

Une fascination ancrée dans la mémoire du réalisateur/auteur :

« Je pense aux images de Raoul Coutard dans le Crabe-Tambour de Pierre Schoendoerffer. Ce chef opérateur, héros de la nouvelle vague, qui tourna Pierrot Le Fou, Jules et Jim, Le Mépris… Il avait embarqué au large de Terre-Neuve sur le chalutier Shamrock III commandé à l’époque par le capitaine Rémy Fouchard, qui servit aussi sur le Joseph Roty II. Je revois ces images filmées dans la tempête où l’on aperçoit l’étrave du patrouilleur de la Marine Nationale plonger dans la vague, dans la plume disent les marins . Elles sont parmi les plus belles images de tempête. Chaque plan porte une profondeur, une histoire qui raconte le bord, les marins, sa coque, la lourdeur de sa mission».

Le film de Frédéric Brunnquell s’inscrit dans cette lignée, ses images ont cette épaisseur.

Le livre, lui aussi, emporte la conviction.

Par le rythme du récit qui épouse la dramaturgie d’une campagne de pêche hors du commun, dans le désert océanique de l’Atlantique nord entre l’Irlande et les Féroé, en pleine période hivernale.

Après la déprime des jours d’attente, secoués par des tempêtes successives, à sillonner l’océan en aveugle, sans écho aucun du merlan bleu sur le sonar, c’est un avis d’ouragan qui tombe sur la météo britannique. Oublié le poisson, chacun se met en mode survie : « Au troisième  jour de tempête, nous sommes tous usés, réduits à une vie animale gouvernée par des fonctions biologiques primaires. Nos vies rétrécissent à mesure que la mer devient plus hostile ».

Après l’ouragan, échos sur le sonar mais dans une zone de récifs de corail interdite à la pêche … et nouveau coup du sort : crise cardiaque d’un des marins polonais, sauvé par une piqûre administrée en hâte par le commandant et évacuation au bout de quelques heures par un hélicoptère des garde-côtes irlandais alertés en urgence.

Enfin, le poisson ! Et place aux marins équilibristes à la manœuvre des chaluts sur le pont puis, très vite, « leur fière allure de voltigeurs du pont cède la place à celle d’hommes usés par le travail en usine ».

Nouvelle tempête et vraie catastrophe : moteur bloqué et navire en dérive : la faute à un chalut dérivant  qui emprisonne totalement l’hélice , haute pourtant de trois mètres cinquante. Heureusement le gros de la dépression est passé et un remorqueur de haute mer basé en Irlande rejoindra le Joseph Roty deux jours plus tard.

Ouragan, crise cardiaque, moteur bloqué… les évènements suffiraient à eux seuls à tenir le lecteur en haleine.

Mais « Hommes des tempêtes », le livre, est bien plus qu’un récit d’aventures de mer. Si la campagne de pêche du Joseph Roty II a été plus rude encore qu’anticipée par Frédéric Brunnquell, ce qu’il était venu chercher, ce n’était pas seulement une confrontation avec la mer mais un moment de partage avec une communauté humaine ignorée sinon méprisée.

« Leur univers pue, il est trop sale, trop gras, trop rouillé, pas assez glamour, ni sponsorisé pour mériter l’attention. Ces marins vivent  chaque année neuf mois sur l’océan, ils n’ont jamais vu les arbres en fleurs du printemps à terre, ils sont absents pour la naissance de leurs enfants, mais ils racontent la condition humaine, le goût des hommes pour l’ailleurs, le besoin de fierté, celui des rêves inaboutis, et l’obsession de la conquête qui se paie de tant de douleurs. »

Frédéric Brunnquell nous restitue avec justesse les hiérarchies du bord et la diversité des communautés, bretons, polonais, portugais…

« Les marins portugais qui parlent fort et jouent aux cartes, expriment haut et fort qu’ils ne sont là que pour le travail, que leur vie est ailleurs, au pays. Ils sont des travailleurs migrants, pas des apatrides. A bord, les âmes errantes les évitent… Ils ont congédié la souffrance du déracinement pour choisir le large… Ceux-là ne sont plus d’un pays, d’une ville, ils sont d’un navire. »

J’ai eu la chance, il y a bien des années, d’interviewer Jean-Claude Carrière sur son adaptation des Travailleurs de la Mer de Victor Hugo. Il disait qu’un auteur, c’est quelqu’un qui entend et remarque des choses que les autres ne voient pas, n’entendent pas, celui qui pénètre dans un bistrot et qui écoute la langue du jour, celle qui se façonne là, sur le zinc, entre les consommations.

 Ses « brèves de comptoir », Frédéric Brunnquell les a recueillies dans tous les compartiments du navire : sa cabine partagée à trois, sous le pont arrière; la « machine », ciment d’une communauté bien particulière, celle des mécanos, « des bouchons gras »; l’espace clos de la  passerelle,  domaine réservé du commandant; le pont, transformé en « piste aux étoiles » lors de la remontée du chalut face aux déferlantes ; « l’usine » où on se parle à travers des masques filtrants FFP2, dans une température qui avoisine les moins 30 degrés ; les coursives où se partage, au gré des circonstances et des portes de cabines ouvertes, une bouteille de coca tiède…

Au final, ces « hommes des tempêtes » nous sont devenus si familiers que nous avons, nous aussi, comme Frédéric Brunnquell, bien du mal  à quitter le bord du Joseph Roty II…

Benedict Donnelly

Hommes des tempêtes (Frédéric Brunnquell)

Retour sur Master and Commander

Arte a rediffusé, le 17 janvier dernier, « Master and Commander, de l’autre côté du monde ».

Un témoignage d’exception sur la vie à bord des navires de guerre du 19 ème siècle, librement adapté de l’œuvre du romancier britannique  Patrick O’Brian.

Le film fait irrésistiblement penser à l’Hermione et ce n’est pas tout à fait un hasard…

Il met aussi en exergue le rôle du chirurgien à bord d’un navire de guerre du 19 ème siècle.

Le chirurgien  du bord, Stephen Mathurin, interprété par Paul Bettany, est aux côtés du capitaine du navire, Jack Aubrey, joué par Russel Crowe, l’un des héros du film.

Le regard d’Anne Bolloré sur le chirurgien de marine de Master and Commander

Anne Bolloré, descendante de Jean-René Bolloré, chirurgien de marine au milieu du 19 ème siècle, va prochainement publier chez Locus Solus un récit romancé à partir du  journal tenu par son lointain parent à  bord de l’Alcmène, une corvette de 32 canons et de 240 hommes d’équipage au cours d’une campagne de quarante mois engagée en janvier 1843 à destination de la Chine. 

Voyages en Chine et autres lieux. Anne Bolloré.

Elle livre ici, en exclusivité, son regard personnel sur Stephen Maturin.

« Le premier combat entre le HMS Surprise et l’Achéron fait rage. Dans l’entrepont, Stephen Maturin, chirurgien de la frégate anglaise passe d’une opération à l’autre.

Pour endiguer les hémorragies, pour limiter la douleur (pas d’anesthésie, l’éther ne sera employé qu’à partir de 1846), les interventions se doivent d’être rapides. Des lampes à huile se balancent aux poutres, diffusant un peu de lumière qui fait briller les lames des bistouris, scalpels, cathéters, ciseaux, tire-balles, spéculums, scies à amputation, couteaux, vilebrequins et trépans, aiguilles et pinces …

Le souffle des 27 canons de La Surprise et le choc des boulets ennemis, font osciller la table d’opération. Le sang s’écoule sur le plancher. On entend chaque craquement de la corvette, et, plus distants, la canonnade, les ordres répétés par l’équipage. Les charpentiers étoupent les membrures pour pallier à la voie d’eau causée par le tir du Français. Sur le pont supérieur, Jack Aubrey, dans un de ses premiers commandements[1], dirige le combat contre le corsaire français ; matelots et troupes de marine s’affairent. Plus tard le parallèle entre l’amputation du jeune Lord Blakeney et la restauration de la figure de proue est frappant.

Manœuvres, canonnades, travaux d’urgence et chirurgie progressent comme dans une partition parfaitement réglée, une de ces œuvres de Corelli ou de Boccherini qui ont rapproché nos deux gentlemen, instrumentistes à leurs heures[2]. Régulièrement, leur duo de violoncelle et de violon scande l’action, et lorsque Aubrey doit faire un choix entre aborder enfin l’Achéron et donner à Stephen, malencontreusement blessé par le capitaine des gardes de marine, les conditions de guérir, c’est la vue du violoncelle du chirurgien qui lui rappelle leur amitié.

Stephen Maturin s’inscrit dans la lignée des médecins désabusés, sceptiques, passionnés inaugurée dans la littérature britannique par le Gulliver de Swift, illustrée par le Docteur Watson ou les héros de Cronin. Il se meut dans les guerres napoléoniennes, époque creuset de la littérature d’aventure anglaise Si, à l’issue du premier combat, Aubrey interroge « Quelle est la note du boucher ? »[3] l’officier de santé n’est plus ce simple barbier, habile de ses mains, et sachant lire, caricaturé dans les récits de pirates. Le statut d’officier lui a été reconnu, il compte parmi les gentlemen qui dinent avec leur commandant.

Le premier hôpital maritime du monde a été inauguré à Plymouth en 1765, mais, la Grande Bretagne privilégiant la guerre sur les océans (guerre de Sept ans, guerre d’indépendance des Etats Unis, guerres de la Révolution et guerres napoléoniennes, guerre d’indépendance grecque, guerres de l’Opium, guerre de Crimée …), il lui faut beaucoup de chirurgiens, un bon millier, à tout moment de la première moitié du XIX° siècle. Une liste de 1814 recense 15 médecins chefs (à la tête d’un hôpital[4] ou d’une administration), 840 chirurgiens, et 600 assistants chirurgiens. On recrute souvent comme on peut, parfois à l’occasion d’une rencontre, diplômés ou non d’une école de médecine, ainsi Maturin a été élève du Trinity College de Dublin.

On leur demande d’être, tout à la fois, médecins, pharmaciens et chirurgiens. Tous ne sont pas faits pour affronter les océans, ou pour vivre sur un bâtiment où se côtoient deux cultures, le gaillard d’avant et le gaillard d’arrière (ou carré des officiers), tout aussi masculines, et tout aussi codées l’une que l’autre, et dont seul le respect à la lettre permet de se supporter dans un espace clos. Trop conscients de leurs responsabilités pour déserter, les chirurgiens découragés recourent parfois à l’alcool, aux drogues -dont l’accès leur est facile- ou au suicide, qui n’est pas l’apanage de Monsieur Hollom.

Avec le XIX° siècle, leur reconnaissance comme médecins de plein exercice et comme scientifiques progresse cependant.

Un vrai médecin, pas un simple chirurgien ! Ainsi s’enthousiasment les hommes d’équipage, qui, peu à peu, font une place aux hommes de science dans leur imaginaire, juste à côté des vieilles superstitions Sous les regards admiratifs des matelots. Stephen Maturin trépane un vieux marin, sur l’embelle du navire. La prévention et l’hygiène deviennent une préoccupation.

The Naval Officer’s Manual, for Every Grade in Her Majesty’s Ships, petit chef d’œuvre de litote, conseille aux chirurgiens d’abandonner la traditionnelle présentation des malades au Commandant, voyant en elle une habitude que l’on honore mieux par son omission que par son respect. Elle repose certainement sur de bonnes intentions, mais les bonnes intentions ne sont pas toujours suivies de bons effets. Les malades ont besoin de repos, et la sympathie, malgré les apparences, ne peut pas compenser le désagrément d’une interruption et ses conséquences. Le manuel rappelle que le chirurgien de bord se doit de faire admettre aux malades que la substitution du vin aux autres alcools ne doit pas être considérée comme une pénalité, mais, que, au contraire cette boisson moins alcoolisée est prescrite pour accélérer, au lieu de retarder le retour à la santé.

L’esprit de l’Encyclopédie a pénétré une grande partie des élites, la lutte pour le contrôle des océans n’est pas seulement belliqueuse. Grande-Bretagne et France escomptent découvrir de nouveaux territoires, ou engager des relations avec ceux qui leur étaient fermés, et en retirer, outre des bénéfices économiques, militaires et scientifiques, la gloire de remplir les vides subsistant sur les mappemondes.

 En moins d’un siècle, se succèdent les grandes expéditions de Bougainville (1766 -1767), et de James Cook (entre 1768 et 1779), la circumnavigation de Lapérouse de 1785 à 1788, les expéditions de Dumont d’Urville (1826 et 1837-1839).

En France, la lettre de mission de Lapérouse est accompagnée d’instructions des plus grands savants, l’incitant à observer et décrire les sociétés en faisant abstraction de sa propre société et de ses préjugés, à constituer un catalogue raisonné des connaissances en se fondant sur la distinction entre le vrai et le faux, entre la science et le légendaire. Dans chacune de ces expéditions, on embarque des géographes, des hydrographes, des physiciens, des astronomies, des minéralogistes, des botanistes, des météorologues …

Sur les autres bâtiments, le chirurgien est le scientifique du bord. Il étudie la faune et la flore, la dessine, ramène des spécimens dont on étudiera l’utilité et dont on testera la compatibilité avec le climat européen dans les jardins d’acclimatation.

Le Grand Océan (le Pacifique) est le nec plus ultra des explorateurs. L’escale aux Galapagos illustre ce paradis rousseauiste. Maturin convalescent, protégé du soleil par un pardessus de cashmere délavé et un vieux chapeau de paille, Blakeney et Killick progressent, armés de filets à papillons, bardés de cages à insectes et à oiseaux, tels des enfants faisant l’école buissonnière, ou le Papageno de la Flute Enchantée. S’ils doivent abandonner les spécimens qu’ils ont recueilli, ils anticipent l’escale, trente ans plus tard, du jeune Darwin.

Dans l’ensemble, les scénaristes ont parfaitement rendu le profil d’un médecin des Lumières. Peter Weir, également réalisateur et coproducteur, s’est adjoint la collaboration de John Collee, médecin lui-même, fils d’un Professeur à l’université de médecine d’Edinbourg, ancien urgentiste sur les théâtres de catastrophes.

Bien sûr, le personnage de Maturin, que O’Brian développe dans les 20 volumes de la saga, a été simplifié pour les besoins du scénario. Les seules allusions aux missions d’espionnage de Stephen pourraient passer inaperçues. Il a fallu simplifier l’exploration de ces ténèbres humaines que les hommes de bonne compagnie tentent de tenir à la marge. Les contraintes du film ne laissent de temps que pour évoquer les conflits entre la curiosité du savant et le goût du combat, le relativisme des Lumières et les certitudes patriotiques d’Aubrey.

Stephen Maturin est tout ce que Jack Aubrey n’est pas : d’origine étrangère, à la fois catalan et irlandais, catholique et enfant illégitime ; angoissé, vivant des amours malheureuses avec des femmes insaisissables, alors que Jack déborde d’énergie, a une bonne santé, un bon appétit, un bon sommeil, et le goût des jolies femmes. Sous dépendances toxiques ; peu soucieux de son apparence. Entomologiste, ornithologiste, il incarne l’esprit encyclopédique qui ne met plus Dieu au centre de la Création.

Le relativisme, qui l’amène à s’interroger sur l’évolution et sur l’origine des espèces, trouve sa source dans de sa sympathie pour les mouvements révolutionnaires français et irlandais (O’Brian lui attribue comme parrain un des plus importants membres des United Irishmen). On imagine les dilemmes que, en tant qu’agent de Sa Majesté, et ami du très légitimiste Jack Aubrey, il doit affronter. Avec cela, il est d’un grand courage (voir la scène d’auto-opération) et excellent duelliste.

Jack Aubrey et Stephen Maturin forment un duo d’amis selon une formule qui remonte à Achille et Patrocle, et se poursuit avec Sherlock Holmes et le Docteur Watson. Procédé souvent employé par les auteurs qui situent leur fiction dans un milieu clos au langage particulier, notamment pour donner indirectement des éléments de savoir au lecteur. Le lecteur et le spectateur se réjouissent donc que Maturin ait du mal à retenir le sens des termes de marine, et l’utilité de chaque élément d’un gréement. Plus profondément, l’amitié solide et délicate qui lie le commandant et le chirurgien, leur permet de pressentir les hésitations et les doutes de leur camarade. O’Brian, puis le réalisateur du film évitent ainsi que les héros ne sombrent dans la caricature.

Dans la dernière scène du film Master and Commander, lorsque le capitaine de l’Achéron veut se faire passer pour mort, il se présente à Aubrey comme le chirurgien de son bord. C’est Maturin qui apprendra à son ami que le Docteur Fleury est mort depuis plusieurs semaines. Parallèle au statut d’espion de Maturin, ou clin d’œil à la biographie et à la patrie que Patrick O’Brian, né Richard Patrick Russ, s’est inventées de toutes pièces ?

Anne Bolloré, le 25 janvier 2021

  • [1] Master and commander est, approximativement, l’équivalent d’un lieutenant de corvette, un officier qui n’a pas encore atteint le grade de capitaine, mais auquel on a confié le commandement d’un bâtiment, en l’occurrence la Surprise ,une petite – presque une corvette – et déjà ancienne frégate)
  • [2] Le montage son de Master and Commander (Richard King) est phénoménal, valant au film un de ses deux Oscars (avec la photographie de Russell Boyd)
  • [3] 9 morts, 27 blessés
  • [4] La Navy regroupe les soins à terre ou sur un bateau dédié, lorsque plusieurs bâtiments participent à une campagne

Master and Commander et … l’Hermione ! Extrait de « Petite Ballade littéraire autour de l’Hermione ».

« Quatre navires de la  Royal Navy ont porté le nom d’HMS Hermione…

Le premier HMS Hermione, un vaisseau britannique de 1782, aurait pu croiser notre Hermione, celle de La Fayette. Le hasard des combats ne l’a pas voulu.

Ce navire est pourtant entré dans l’Histoire d’une autre manière et nous l’avons bizarrement retrouvé sur notre route, il y a quelques années.

En 2003, nous sommes à peine à mi-parcours du chantier de l’Hermione. Soudain, c’est le choc “Master and Commander” : grâce au cinéma, une immersion totale, quasi documentaire, sur la vie à bord d’un navire de guerre à l’époque de l’Hermione. Nous en avions rêvé, Peter Weir l’a fait ! 

J’ai appris bien des années plus tard par John Baxter, écrivain australien, auteur de l’e-book Lafayette is here, et ami de Peter Weir, que celui-ci, mal renseigné, voulait tourner son film à bord de l’Hermione… 

Le titre complet du film, “Master and Commander : de l’autre côté du monde” fait référence au dixième volet des aventures de Jack Aubrey et Stephen Maturin, les héros de la saga maritime culte du romancier britannique Patrick O’Brian, librement adaptée par le réalisateur australien.

Le scénario substitue à l’épisode historique de la poursuite de l’Essex de la marine américaine parla Phoebe de la marine britannique lors de la guerre anglo-américaine de 1812, la poursuite par un vaisseau anglais, le HMS Surprise, d’un navire français,l’Acheron   pendant les guerres napoléoniennes.

En me replongeant du coup dans le roman de Patrick O’Brian, j’ai à la toute fin du livre retrouvé…l’Hermione ! L’Hermione anglaise de 1782 qui a connu dans la vraie vie une histoire agitée : en 1797, son équipage s’est mutiné et s’est rendu aux Espagnols. 

Dans le récit de Patrick O’Brian, les marins mutins sont affublés d’un sobriquet honteux : les Hermiones ! 

“Ce fut le plus vilain évènement de toute mon époque. Très brièvement : le voici : un homme qui n‘aurait jamais dû être officier du tout -ayant reçu l’Hermione, frégate de 32 canons- la transforma en un enfer vivant. Dans les Caraïbes, son équipage se mutina et le tua, ce que certains pourraient juger justifié ; mais ils assassinèrent aussi les trois lieutenants et l’officier d’infanterie de marine, de manière horrible, le commis, le chirurgien, le secrétaire, le bosco et un aspirant, après l’avoir poursuivi dans tout le navire, après quoi ils conduisirent la frégate à La Guayra et la livrèrent aux Espagnols avec lesquels nous étions en guerre. Une affaire hideuse du début à la fin”. 

Une affaire qui n’en restera pas là, ni pour le navire, ni pour son équipage. 

L’Hermione, rebaptisée Santa Cecilia…, sera reprise par les anglais, deux ans après la mutinerie de Puerto Rico, par un raid surprise de nuit dans le port espagnol de Puerto Cabello, au Venezuela, un raid entré dans la légende de la Royal Navy. 

Quant aux mutins, “les Hermiones”, ils furent pourchassés par les Anglais sans relâche, ni répit.

Lors du raid britannique, raconte Patrick O’Brian, 

“la plupart des mutins s’échappèrent ; et quand l’Espagne s’allia à nous (les Anglais) contre les Français, bon nombre d’entre eux passèrent aux Etats-Unis. Certains embraquèrent sur des navires marchands : chaque fois qu’on en trouvait un, il était capturé et pendu sans délai ; leur description exacte, leurs tatouages et tout le reste avaient été envoyés dans tous les postes et leur tête était mise à un prix exorbitant” 

Patrick O’Brian “De l’autre côté du monde” Presses de la Cité
Petite ballade littéraire autour de l’Hermione. Benedict Donnelly.

Salut à Michel Le Bris !

Nous l’avions pressenti, Erik Orsenna et moi, pour succéder à Erik à la présidence de la Corderie Royale. Finalement, je ne sais pas trop pourquoi, le projet n’a pas abouti. Cela nous a valu un dîner mémorable – et bien arrosé… – chez Erik dans sa maison de la Butte aux Cailles. J’ai été heureux, un peu plus tard, d’apporter le soutien financier de SFR à son Festival Etonnants Voyageurs. Entre temps, il nous aura fait partager son amour pour la Baie de Morlaix à travers le regard lumineux de son « Hiver en Bretagne ».

Dans son interview à l’Express, il y a une douzaine d’années, il avait évoqué sa relation très singulière avec l’océan : « J’entendais déjà la mer dans le ventre de ma mère. » C’est cette singularité qu’a voulu saluer Anne Donnelly dans son livre « Condamné à mer » dont nous publions ici ce court extrait en hommage à Michel Le Bris, disparu ce dimanche.

Benedict Donnelly
Un hiver en Bretagne. Michel Le Bris

« Michel Le Bris n’a pas de goût pour la fadeur. Impossible d’ailleurs quand on est breton du nord, quand on naît face à la baie de Morlaix. Même si l’arrière saison se pare souvent d’une infinie douceur, nul n’a le loisir de s’amollir dans ce pays de contrastes : comme on dit plaisamment aux touristes, toutes les saisons se succèdent en une journée. Sans parler des coups de vents et des marées d’équinoxes souvent tempétueuses. Qui aime comme moi ce pays, a le goût des saveurs fortes, iodées, éprouve du plaisir à respirer la vase, à la laisser s’incruster sous les ongles de pieds les parant alors d’un drôle de vernis vert de gris. Aimer le vent, aimer la pluie et même, assez rarement, il faut bien le dire, la brume, parce que, de surcroît, le soleil vous sera donné. Ce pays, c’est aussi  le mien et, comme Le Bris, j’accepte de me donner à lui parce que je sais le quitter. C’est dans le champ si vaste de la marée basse où se découvre le territoire des pêches à pied que la puissance de l’origine est fulgurante. Même si tout est fait pour l’aseptiser aujourd’hui, la naissance d’un enfant – ou d’un animal, tient de l’irruption volcanique en milieu aquatique, tant par la violence des mouvements que la viscosité des matières qui protègent et accompagnent le foetus dans sa pousse ». C’est ce à quoi m’ont fait penser ces quelques lignes glanées dans son livre « Un hiver en Bretagne » :

 » Elle s’avance à fleur d’eau, dans un tournoiement de mouettes et de fulmars, glisse sous les vagues en furie, telle une ombre, et meurt sur les galets en un énorme hoquet, que l’on dirait vomi des entrailles de la mer, roule, s’étale, englue sable et galets d’une épaisse couche que déchiquètent déjà des nuées d’oiseaux, et son odeur puissante de ventre en gésine, brassée par des bourrasques, emplit toute la grève : la grande marée du goémon noir. »

Disparition de Georges Pernoud : l’hommage des Mémoires de la Mer

« Merci, Georges !

« Il y a deux arts d’être français et ceux qui l’auraient oublié auraient tort de négliger la chance que nous avons d’avoir deux options au menu, bocage ou grand large ». Régis Debray (« Du génie français »).

Pendant plus de 40 ans, grâce à Georges Pernoud et à son émission Thalassa, chaque vendredi soir, la télévision a mis en lumière la France des grands horizons.

Pour cette ouverture sur le large, nous sommes nombreux, à l’heure des adieux, à lui dire tout simplement merci.

A titre personnel, je lui avais témoigné, il y a 5 ans, lors de la présentation en avant-première du film « L’aventure de l’Hermione », rediffusé à la télévision  ce dimanche 10 janvier – ma gratitude pour son soutien si déterminant dans la réussite du défi improbable de l’Hermione : « Permettez-moi d’adresser un salut personnel et amical à Georges Pernoud dont l’émission Thalassa fête en ce moment ses 40 ans et sans lequel le film que nous allons voir n’aurait pas existé. Nous nous connaissons, Georges et moi, depuis presque aussi longtemps que son émission. Et, si nous sommes ici ce soir, c’est un peu de sa faute ! D’abord parce que nous sommes tous des enfants de Thalassa. Mais aussi et surtout, parce que si l’aventure de l’Hermione a su créer autour d’elle un tel engouement, une telle ferveur, tout au long des 17 années du chantier, c’est notamment à Thalassa qu’elle le doit.

Merci, Georges, d’avoir cru, contre vents et marées, à notre aventure et d’avoir été auprès du grand public un formidable interprète de notre défi associatif 

Salut, Georges et encore merci ! »

Benedict Donnelly

Président de l’Association Hermione-La Fayette de 1993 à 2016, membre du CA du Musée National de la Marine,  initiateur du Festival des Mémoires de la Mer.

Un retour aux sources pour ré-enchanter la voile

Une histoire de la voile

 Le commentaire de Benedict Donnelly sur le dernier livre d’Olivier Le Carrer « Une Histoire de la voile » chez Glénat.

Disons-le d’emblée, cette « histoire de la voile » est d’abord un plaisir…   pour les yeux !

Plus qu’une simple illustration des évolutions qui ont marqué, depuis deux siècles, l’histoire de la voile, « cet art de naviguer pour le plaisir » , l’image est un élément essentiel, structurant, du récit.

Un choix  revendiqué par l’auteur :  l’influence des peintres, des illustrateurs, des affichistes, des photographes a été, pour lui, déterminante dans l’attrait et le rayonnement de la voile.

Avec une subjectivité revendiquée, Olivier Le Carrer nous fait partager les coups de cœur de son musée imaginaire qui ne se cantonne pas aux frontières de l’Hexagone 

Paul Signac, Caspar Friedrich,  Edward Hopper, Winslow Homer, André Collot, Christen Kobke, Haugthon Forrest, John Lynn, Yvon Le Corre, la dynastie Beken, Marc Berthier… : une communauté d’artistes assemblée librement par l’auteur « pour nous dire que, toute laborieuse qu’elle puisse être, la voile est une fête »

Une fête loin d’être réservée, contrairement aux idées reçues, à quelques privilégiés : pas plus hier qu’aujourd’hui ! 

Olivier Le Carrer est, sur ce point, particulièrement convaincant . Son analyse détaillée et…. lumineuse du tableau ci-dessous, peint en 1819 par Caspar Friedrich, en atteste : «  Le peintre allemand d’origine modeste – son père tenait un petit atelier de chandelles -, s’y est vraisemblablement représenté en compagnie de son épouse Caroline. La présence de celle-ci rappelle opportunément que les femmes sont beaucoup plus présentes qu’on ne l’imagine dans l’histoire de la plaisance. Le bateau n’a rien de luxueux ; il pourrait s’agir d’une petite unité de pêche ou de cabotage comme on en trouve couramment dans les eaux danoises où Friedrich a séjourné plusieurs années à la fin du 18ème siècle. »

 Une sortie en mer qui n’a rien d’exceptionnelle :  « Les pêcheurs de tous pays ont toujours su profiter de leur outil de travail pour emmener leurs proches pique-niquer sur l’île voisine quand le ciel – et les contraintes de leur dur labeur -autorisait une pause . Ils ont aussi pris le pli de fêter les grands événements en faisant la démonstration de leurs compétences, autrement dit en organisant des courses aussi âprement disputées que festives».

Preuves à l’appui, Olivier Le Carrer tord le cou à quelques idées reçues bien ancrées dans notre inconscient collectif : 

« Non,le yachting n’a pas été inventé par de riches oisifs soucieux d’en mettre plein la vue à leurs contemporains. Cette caricature, alimentée depuis toujours par une iconographie abondante en bateaux extravagants et milliardaires à casquette, cache une histoire infiniment plus complexe. Les photographies des glorieux géants d’hier sont magnifiques mais trompeuses. A force de prendre toute la lumière, leurs voiles démesurées ont laissé dans l’ombre les véritables artisans du succès de la navigation de loisir : amoureux de la nature, sportifs, simples pêcheurs, aventuriers ou poètes. »

Pas très pertinente non plus, selon l’auteur, la distinction française entre un yachting exclusivement aristocratique jusqu’au milieu du 20ème siècle et une pratique qui ne serait démocratisée qu’à partir de cette date : qu’il s’agisse de compétition, de balade côtière paisible, ou d’expédition aventureuse a bout du monde, les marins de loisir ont toujours eu des profils très divers, représentant toutes les strates de la société. »

Cette remise à l’endroit de l’histoire de la voile de loisir n’est pas déconnectée des enjeux d’aujourd’hui. C’est même tout le contraire !

Olivier Le Carrer ne dissimule pas les effets pervers de la période récente : la bétonnisation du littoral avec ses 160 000 places de pontons bâties en quatre décennies pour des bateaux ventouse dont la plupart ne naviguent guère plus d’une semaine par an ; cette « étrange situation d’une industrie nautique qui vend maintenant des bateaux à 200 000 euros en plus grand nombre que ses modèles d’entrée de gamme », d’un secteur de la location privilégiant les grandes unités, oubliant au passage tous ceux qui aimeraient bien trouver un voilier « réellement adapté à l’usage d’une petite famille » ; l’effondrement de la pratique du dériveur, en partie dû à sophistication coûteuse – un vaurien valait,il y a 60 ans l’équivalent de 1400 euros alors que ses successeurs coûtent aujourd’hui entre 7000 et 13 000 euros .

Mais Olivier le Carrer n’est pas un ronchon nostalgique, loin s’en faut. Ce mordu de surf, longtemps moqué dans les salles de rédaction par les voileux purs et durs, est passionné par les ruptures technologiques, les révolutions architecturales d’hier et d’aujourd’hui qu’il vulgarise ici avec talent. 

S’il appelle à se souvenir des grands moments et des fortes personnalités qui ont marqué la voile d’hier, c’est pour mieux réenchanter la voile d’aujourd’hui. Son livre est un appel à la créativité, à l’imagination et à la transmission pour faire partager au plus grand nombre la beauté et le plaisir de la voile. 

« C’est trop beau, nous n’allons pas garder cela pour nous » : le cri du cœur de Philippe Viannay, le fondateur des Glénans qui ouvre cette « histoire de la voile » est formidablement illustré quelques pages plus loin par l’affiche créée par le peintre Gildas Flahaut pour l’édition 2017 de la semaine du Golfe du Morbihan. L’image encore et toujours …. 

Le Vendée Globe et l’ouverture au monde (suite)

Quel bonheur quand les courses à la voile autour du monde permettent de redécouvrir le monde !  A quelques jours d’intervalle, deux concurrents du Vendée Globe ont  attiré l’attention des médias et des passionnés, qui suivent jour après jour les péripéties de la course autour du monde à la voile en solitaire autour du monde, sur l’Île Macquarie.

C’est sous le vent de cette île, qualifiée par son équipe à terre de « caillou rectangulaire inconnu au sud de la Nouvelle Zélande…  » que Louis Burton s’est abrité pour pouvoir monter en haut de son mât réparer des avaries handicapantes. Quelques heures plus tard, c’est un tweet d’un autre concurrent Romain Attanasio qui mettait à l’honneur l’Île Macquarie : « J+42 Passage entre l’île Macquarie et les rochers de Bishop Island. Les fonds passent de 4000m à moins de 100m en 1 km ! Je m’engage dans ce passage car il y a seulement 2 m de houle derrière moi ».

Un caillou inconnu, l’île Macquarie ? Pas si sûr. Wikipedia, en tout cas, apporte des informations précises : « L’île Macquarie se situe au sud-ouest de l’océan Pacifique, environ à mi-chemin entre la Nouvelle-Zélande et l’Antarctique. Île australienne, elle est administrativement rattachée à la Tasmanie depuis 1890 et est devenue réserve d’État en 1978. Elle dépend depuis 1973 du Conseil de la vallée Huon et figure depuis 1997 sur la liste du patrimoine mondial.

Elle a été découverte par le Britannique australien Frederick Hasselborough en 1810 alors qu’il cherchait des territoires de chasse au phoque. Il la nomma du nom du gouverneur de Nouvelle-Galles du Sud, le colonel Lachlan Macquarie.

Pour en savoir plus, je suis allé sur le site Horizons partagés (https://www.sblanc.com/) d’Agnès Brenière et Samuel Blanc, « guides et photographes passionnés de glaces, de grands espaces et de hautes latitudes. »

Leur article sur l’Ile Macquarie livre un regard passionné et passionnant sur ce « caillou inconnu ».

L’île australienne Macquarie, se trouve à 1000 km au Sud de la Nouvelle-Zélande et à égale distance de la Tasmanie et de l’Antarctique (1500 km).

Elle est la partie immergée du ridge de Macquarie, formé par l’activité des plaques tectoniques pacifique et australienne. L’île est sans doute apparue il y a 600 000 à 700 000 ans et continue de croître à la vitesse de 8 mm par an. De nos jours, l’île Macquarie de forme rectangulaire, occupe une surface de 128 km² (34 km de long pour 5 km de large).
La température moyenne annuelle est de 5°C, mais ce qui caractérise l’île, c’est surtout le vent qui souffle 268 jours par an !!

Macquarie a été découverte par hasard le 11 juillet 1810, par l’équipage du navire de chasse aux phoques Perseverance, commandé par Fréderick Hasselburgh. L’expédition, qui venait de découvrir l’archipel des îles Campbell six mois auparavant, était à la recherche de nouveaux territoires de chasse. L’île fut baptisée en l’honneur du Colonel Lachlan Macquarie, gouverneur de l’état de Nouvelle Galle du Sud de 1810 à 1821. La chasse aux phoques et otaries fut si intense, qu’il faudra attendre les années 1950 pour de nouveau constater la reproduction de ces animaux sur l’île ! Mais le massacre ne s’est pas arrêté là. Les éléphants de mer eux aussi furent chassés, afin de produire de huile à partir de leur graisse. Il en fut de même pour les manchots, bouillis dans de grandes cuves. Deux millions d’entre eux furent ainsi utilisés en une trentaine d’années.

C’est en 1821, que la première vraisemblable expédition scientifique est menée sur l’île. Dirigée par l’amiral russe Bellinghausen, elle réalise la première carte de l’île et récolte les premiers échantillons de plantes et d’animaux. D’autres grands noms visiteront Macquarie, comme le capitaine Scott en 1901.

Mais le tournant scientifique pour l’île sera en 1911. Cette année là, cinq hommes sont déposés par l’expédition australienne dirigée par Douglas Mawson, qui part ensuite hiverner en Antarctique. Pendant deux années et demi, ces hommes établiront un relais radio entre l’Australie et l’Antarctique. Ils exploreront également l’île et leur découvertes et observations, serviront de point de départ à la recherche scientifique. En 1948, le gouvernement australien installe la base de l’ANARE (Australian National Antarctic Research Expeditions), sur l’isthme situé à l’extrémité nord de l’île. Toujours occupée de nos jours, la base a une capacité d’accueil d’environ 40 personnes. La gestion de la base et de l’île, a été confiée conjointement au Tasmanian Parks and Wildlife Service et à l’Australian Antarctic Division

Comme la plupart des îles subantarctiques, Macquarie frappe par sa biodiversité aussi bien sur le plan de la faune, que de la flore. L’île compte 29 espèces d’oiseaux nicheuses dont 2 endémiques (le gorfou de Schlegel et le cormoran de Macquarie) ainsi que 4 espèces de pinnipèdes. On y compte également 45 espèces de plantes vasculaires, dont 4 endémiques (le chou de Macquarie par exemple), 141 espèces de lichens ou encore 135 espèces de champignons. Il s’en est fallu cependant de peu, pour que bon nombre d’espèces d’oiseaux et de plantes disparaissent. En effet, 9 espèces de mammifères ont été introduits sur l’île depuis le début du 19ème siècle. Après le retrait du dernier chat en 2 000, les australiens se consacrent maintenant à l’éradication des rats, souris et surtout lapins qui ont considérablement endommagé la végétation de l’île. Le programme mené depuis 2010 se terminera en 2018. Il implique directement pas moins de 50 personnes, 12 chiens, 4 hélicoptères et 1 navire pour un budget total de 20 millions d’euros.

Avec Courbet et Delacroix, la mer devient paysage !

Nous poursuivons avec Olivier Cena, de Télérama, l’exploration de l’émergence de la mer dans la peinture comme élément à part entière.

Les tableaux du Lorrain ne sont déjà plus des marines. Mais ce ne sont pas encore ce que Gustave Courbet, à la fin des années 1860, appellera des « paysages de mer ». 

Dans un paysage de mer — la série des Vagues (1869-1970) de Courbet ou, auparavant, un petit tableau d’Eugène Delacroix, La Mer vue des hauteurs de Dieppe (1852) —, il y a surtout la mer et le ciel. Ces deux éléments occupent au moins les quatre cinquièmes de la surface du tableau. La présence d’un bateau est superfétatoire. Le romantisme est de mise : Victor Hugo, décrivant l’océan comme une « hydre aux écailles vertes », rôde près des vagues de Gustave Courbet. La mer, violente et inquiétante, est aussi le miroir de l’âme humaine.

La mer orageuse ou La Vague, de Gustave Courbet, 1869-1870 © akg-images

Le Chant des Sirènes dans l’histoire de la musique : un texte inédit du musicologue Michel Verschaeve

Le Chant des Sirènes

Quel marin n’a pas cru un jour entendre le chant des sirènes ?

Cela mérite donc bien quelques pistes musicales à suivre sans danger. En effet, qu’elles soient belles femmes à queue de poisson, ou mi-femmes mi-oiseaux (c’est le cas pour Ulysse) leur chant irrésistible et fatal attire les navigateurs séduits vers les ténèbres.

Mais pour autant en cédant au chant des sirènes, faisons-nous vraiment preuve de faiblesse ?

C:\Users\Verschaeve\Desktop\Sireene\Frederic_Leighton_-_The_Fisherman_and_the_Syren 1858 muse-e Bristol.jpg

Commençons par la Cantate Française qui est à l’Opéra ce que le court métrage est au Cinéma. Notre sujet y est bien évidemment largement traité notamment par Thomas-Louis Bourgeois (1676-1751) un des maîtres du genre.

Sa cantate « Les Sirènes » est formée de récits et airs caractéristiques du goût musical et théâtral de la Régence (1715-1723).

https://www.carus-verlag.com/fr/enregistrements/tous-les-enregistrements/genre/cd-stereo-et-super-audio/carolyn-sampson-les-sirenes-thomas-louis-bourgeois-cantates.html

Continuons avec un compositeur Daniel François Esprit Auber (1782-1871) que l’on connait peut-être plus aujourd’hui pour sa station RER proche du métro Opéra… on imagine mal l’influence considérable qu’a exercé le compositeur de la « Muette de Portici » – jouée plus de 500 fois à Paris – sur d’illustres compositeurs notamment Wagner.

Nous nous dispenserons de l’histoire abracadabrantesque du livret de son opéra-comique « La Sirène » pour retenir qu’un imprésario de l’Opéra de Naples (dont l’emblème de la ville est une sirène) espère entendre son chant incomparable pour l’engager comme Prima donna.

Il n’est donc pas étonnant que le compositeur profite du rôle de Zerlina, la soprano colorature qui incarne la sirène, pour lui confier des airs particulièrement virtuoses :

Chant de la Sirène à partir de 10:10   /  Prouesse Vocale (voir la partition au-dessus) à partir de 16:47 

Passons maintenant à un des airs d’opéra les plus extraordinaires extrait de « Rusalka ou Roussalka » d’Antonin DVORAK (1841-1904). L’héroïne veut reprendre une forme (entièrement) humaine pour séduire un beau prince. En échange elle doit perdre sa voix, ce qui est un comble pour un opéra ! Évidemment comme nous sommes dans une tragédie lyrique tout finira très (très) mal.

Laissons-nous porter par le chant sublime de cette sirène qui fait part à la lune de ses sentiments les plus profonds et sincères.

Passons maintenant à Alexander von Zemlinsky (1871-1942), compositeur  autrichien post-romantique, héritier direct de Gustav Mahler (1860-1911) et de Richard Strauss (1864-1949). Nous trouvons dans son poème symphonique composé en 1903 « Die Seejungfrau » une musique très expressive, parfois même très sensuelle cadrant parfaitement avec les multiples tourments de l’héroïne, tout cela grâce à une orchestration luxuriante et très « aquatique ».

La valeur de sa musique en général est encore aujourd’hui largement sous-estimée. C’est l’occasion pour nous de lui donner un coup de projecteur.

https://www.youtube.com/watch?v=im2aCZKG8pc&ab_channel=Rodders

C:\Users\Verschaeve\Desktop\Sireene\tumblr_nwoskcRZzV1rp6jq0o2_1280.jpg

Il existe une forme beaucoup plus modeste mais toute aussi expressive : celle d’une mélodie de Joseph Haydn (1732-1809) intitulée « Mermaid’song » pour chant et piano-forte. Ce compositeur particulièrement prolifique avec près de 1200 composées, représente le style  classique viennois. La musique de ce lied est raffinée, légère et inspirée, le texte « charmant » :

Maintenant les rayons de soleil dansants jouent sur la mer verte et vitreuse,      Viens et je montrerai le chemin où sont les trésors nacrés. 

Viens avec moi et nous irons où poussent les roches de corail.                           Les marées montantes ne supportent aucun retard, les vents orageux sont loin. 

Suivez, suivez, suivez-moi …

Comment ne pas évoquer un pur chef-d’œuvre de la musique française se rapportant directement à notre sujet. Il s’agit du troisième Nocturne  « Sirènes » composé à la toute fin du XIXème siècle par Claude Debussy (1862-1918). C’est une œuvre symphonique avec chœur de femmes (évidemment !) huit sopranos et huit mezzo-sopranos, très délicat à mettre en place.

Le compositeur définissait ses Sirènes en ces termes : « c’est la mer et son rythme innombrable, puis, parmi les vagues argentées de lune, s’entend, rit et passe le chant mystérieux des sirènes ». 

Notons le trait caractéristique de cette œuvre : un chœur féminin qui chante uniquement sur les voyelles « o » et « a » dans un rythme très lascif soutenu par une géniale orchestration.

https://www.youtube.com/watch?v=cz0ANH0KGwg&ab_channel=Fafner888

N’oublions pas aussi La Mer un autre chef-d’œuvre absolu de Claude Debussy composé en 1905 et terminée à Eastbourne lieu « où la mer s’exhibe avec une correction purement britannique ».

Lili Boulanger (1893-1918), morte prématurément à l’âge de 24 ans, fut en 1913 la première compositrice à remporter le Grand Prix de Rome.

Elle était la sœur cadette de l’immense pédagogue Nadia Boulanger qui rappelons-le eut plus de 1200 élèves dont : Leonard Berstein, Eliott Carter, Quincy Jones, Philip Glass, Michel Legrand, Lalo Schifrin, Daniel Barenboim, Astor Piazzola, etc…

On imagine les soirées musicales chez les Boulanger !

« Les Sirènes » sont écrites pour chœur à 3 voix de femmes, chœur mixte en coulisse et piano ou orchestre. Sa musique est très raffinée, en voici le début du texte :

Nous sommes la beauté qui charme les plus forts,

Les fleurs tremblantes de l’écume

Et de la brume,

Nos baisers fugitifs sont le rêve des morts!

J’ajoute ici notre véritable coup de cœur en la personne d’Anton Rubinstein (1829-1894).      Ce génial compositeur, hyper romantique nous livre en 1851 sa deuxième symphonie intitulée « Océan ». Que de chants passionnés de sirènes nous y trouvons, le tout dans une atmosphère particulièrement tourmentée…

Je vous invite à écouter le magnifique deuxième mouvement à 15:55 

Tout y est : mélodies suspendues, accompagnement quasi aquatique, orchestration compacte et saisissante, une partie de contrebasse très présente voulant attirer l’oreille vers les abîmes, harmonie (accords) très tourmentée.

Nous sommes en plein romantisme flamboyant. Il n’est donc pas surprenant qu’il eut comme élève l’illustre Tchaïkovski malgré le fait qu’il se soit senti toute sa vie considéré comme un étranger : « Les Russes me qualifient d’Allemand, les Allemands de Russe, les juifs de chrétien et les chrétiens de juif. Les pianistes me considèrent comme un compositeur, les compositeurs comme un pianiste, les classiques comme un moderne, les modernes comme un réactionnaire. Ma conclusion est que je ne suis qu’un pitoyable individu ».

Heureusement sa musique nous démontre tout le contraire.

Terminons sur une note plus réjouissante. Puisqu’en France tout se termine par une chanson,  je vous propose une surprenante « Mermaid Song » interprétée par The Gloria Darlings !

C:\Users\Verschaeve\Desktop\Sireene\Sirène B.jpg

Remerciements à Fabrice Conan (historien de l’Art et conférencier) pour le choix du tableau d’entrée qui est une peinture de Frederic Leighton : The Fisherman and the Syren datant de 1858 et visible au musée de Bristol.