Actualités

Mis en avant

Montrer la richesse et la diversité des expressions culturelles et artistiques en lien avec l’univers maritime

Annoncer – et si possible commenter –  les sorties de livres, de bandes dessinées, de films qui enrichissent notre regard sur l’océan, ses défis d’hier et d’aujourd’hui ;

Susciter curiosité et intérêt pour les festivals, les rencontres, les expositions organisées partout en France tout au long de l’année :

… C’est l’ambition de cette rubrique qui souhaite se nourrir et s’éclairer de vos contributions. 

Impressions de Festival

3ème édition du Festival des Mémoires de la Mer, une édition spéciale « Tempête »

Salles combles, débats passionnés, ambiances de fête, émotions cinématographiques et musicales, lectures, dédicaces, parade nautique… : la 3ème édition du Festival des Mémoires de la Mer a été la bonne !

Débat “Naviguer dans les tempêtes” le samedi 22 octobre en début d’après-midi à la Pièce à Café, l’ancien magasin aux vivres de l’Arsenal de Rochefort.

Rochefort est bel et bien re-devenue, l’espace de 3 jours, du 21 au 23 octobre, la capitale de toutes les mémoires de la mer. Ecrivains, cinéastes, artistes, universitaires se sont mêlés aux navigateurs de tous horizons, célèbres ou anonymes, comme aux scientifiques mobilisés par les défis qui menacent aujourd’hui les océans.

Le souffle de la tempête, le thème de cette 3ème édition, a été ressenti par tous, acteurs et spectateurs et s’est infiltré jusqu’au cœur de Rochefort, dans les allées du marché !

La tempête, cette compagne inséparable de l’univers des marins et de l’imaginaire de la mer, allergique à l’indifférence, suscitant passion, effroi, curiosité, création, émotion mais aussi innovation, rigueur, intelligence et anticipation.

Comme l’a dit, aux lendemains du Festival, Isabelle Autissier, “ce que j’ai trouvé intéressant dans ce Festival, c’est le terme Mémoire(s) avec un S. Dans le débat auquel j’ai participé, on était 7 marins de 7 horizons très différents : pêcheurs, conducteurs de super cargos, Marine Nationale…On voit bien que le même événement maritime, on ne le vit pas pareil, on le pense et on le vit différemment.”

Si l’atmosphère du Festival a été aussi studieuse que passionnée, c’est aussi parce que le changement climatique et ses fureurs associées impriment aujourd’hui partout leurs marques : aux hommes – et pas seulement au large- comme à la nature et aux animaux.

Rencontre-débat “Tempêtes et changement climatique, le samedi 22 octobre 2022, au Centre international de la Mer de la Corderie Royale de Rochefort.
Conférence-débat le vendredi 21 octobre en fin d’après-midi au siège de la LPO (la ligue pour la protection des oiseaux) sur “les oiseaux marins dans la tempête : voyage au cœur des terres australes françaises”
Rencontre-débat “ Soigner pendant la tempête” le vendredi 21 octobre en milieu d’après-midi à l’ancienne école de médecine navale de Rochefort

Aujourd’hui comme hier, pour avancer ensemble, la force des témoignages, la confrontation des expériences sont toujours aussi irremplaçables. Comme les ressources de l’imaginaire et de la création, enrichies aujourd’hui au cinéma par les technologies numériques, pour raconter et restituer l’indicible de la tempête.

Rencontre-débat “La tempête dans la peinture” le samedi 22 octobre 2022 au Musée Hèbre de Saint Clément.
Rencontre-débat du dimanche 23 octobre au matin à la Corderie Royale sur “la tempête au cinéma”

Le Festival a réussi aussi à se sortir par le haut de la zone des tempêtes.

Par l’émotion d’une belle soirée d’hommage à Jacques Perrin, le marin des Demoiselles de Rochefort, l’officier de marine révolté du Crabe-Tambour et le réalisateur engagé d’Océans dont la projection a été pour tout le public d’un cinéma Apollo archicomble un véritable choc.

Soirée d’hommage à Jacques Perrin, le vendredi 21 octobre 2022 au cinéma Apollo à Rochefort : Erik Orsenna, écrivain, et Jérôme Seydoux, le président de Pathé, entourent les trois fils de Jacques Perrin, Mathieu, Lancelot et Maxence

Par la richesse du cru 2022 des livres, BD et films documentaires et la qualité des œuvres primées par les Mémoires de la Mer 2022.

Par l’émotion suscitée enfin lors de cette soirée de remise des prix par la jeune lauréate du concours de lecture à voix haute des grands textes littéraires sur la tempête.

Charlotte Morera, lauréate du concours de lecture de textes littéraires sur la tempête

Comme par la pianiste et chanteuse de Pianocoéan ouvrant la voie à l’expression musicale au cœur des prochaines éditions du Festival.

Marieke Huysmans Berthou lors de la soirée des Mémoires de la Mer samedi 22 octobre 2022 au Théâtre de la Coupe d’Or à Rochefort

Sans oublier les musiciens et chanteurs de la Marine Nationale

Le chœur des marins de l’Adour le dimanche 23 octobre 2022 au matin devant le Centre international de la Mer à la Corderie Royale de Rochefort
Les jurys et les lauréats des Mémoires de la Mer 2022 samedi 22 octobre au Théâtre de la Coupe d’or à Rochefort
Clôture en musique du Festival le dimanche 23 octobre 2022 au Rade de la Méduse au cœur des formes de radoub de l’ancien arsenal de Rochefort

Au final, une édition pleine de promesses … d’avenir !

Benedict Donnelly

Palmarès Mémoires de la Mer 2022 : prix de la BD

«Adlivun» de Vincenzo Balzano (Éditions Ankama)

Le commentaire du jury, par Alain Cabantous :

Une longue bande dessinée où se mêlent onirisme et réalité, choc des cultures et vie maritime, le tout à partir d’une histoire vraie.

1847 : la Marie-Céleste appareille de Londres vers l’Arctique à la recherche de deux bâtiments et de leurs équipages partis à la vaine découverte du passage du nord-ouest et dont on est sans nouvelles. Les navires seront retrouvés, fichés au cœur du territoire sanctuarisé des Inuits.

Comme l’indique le titre de l’album, adlivun désigne dans cette culture tous ceux qui vivent à côté ou en-dessous des vivants ; autrement dit l’esprit des défunts qui hante le monde souterrain qu’il soit terrestre ou marin.

Dès les premières pages, le lecteur est subjugué par ces personnages principaux étranges et inquiétants, par le mystère qu’ils dégagent et entretiennent, lucides aussi sur leur passé qui semble se répéter au présent : le capitaine dépressif revenu de tout, Jack, le médecin-scaphandrier hésitant et fidèle, le baleinier (un clin d’œil à Moby Dick), les deux femmes, Céleste et Mary, aux prénoms éponymes du navire, figures évanescentes qui ouvrent et ferment le récit.

Vincenzo Balzano

Le lecteur est aussi balloté par ces allers-et-retours entre la très difficile existence des navigants et le contact d’un monde inconnu, presque brutal, fait de destruction et d’incrédulité, qu’ils ont, malgré eux, découvert. La rencontre avec ces mannequins, ces masques, ces crânes d’animaux, ces anciens corps déformés et fantomatiques, marqueurs d’un territoire interdit, entretient un imaginaire surréaliste sur un fond de réel.

Se dégage enfin une perte de repères, un peu comme celle des marins, d’abord par l’absence de pagination mais surtout par la force extraordinaire du graphisme soutenu par une mise en page exceptionnelle. Elle enchaîne les gros plans sur le visage des hommes ou sur de simples objets, les perspectives larges dessinant l’univers océanique et effrayant sur de pleines pages voire sur des doubles pages. A l’inverse, l’auteur, en une séquence, entremêle avec virtuosité de courts épisodes décalés. Les aquarelles délavées, verdâtres, grises, ocres ou bleuâtres, jusqu’à faire surgir l’engourdissement mortel du froid, soutiennent magnifiquement les scènes mouvementées et les arrêts sur image.

L’ensemble confère au récit une sorte d’envoûtement tel qu’ont semblé l’éprouver les survivants dont les cauchemars les conduiront jusqu’à une vie errante, ouverte sur la mort attendue, appelée même.

Un livre puissant, épuisant, énigmatique (pourquoi cette allusion à Jack l’Eventreur in fine ?), fantastique comme le rêve, presque impénétrable comme ce culte de ces morts glacés, bref remarquable.

Alain Cabantous

Les jurys et les lauréats des Mémoires de la Mer 2022 samedi 22 octobre au Théâtre de la Coupe d’or à Rochefort

Palmarès Mémoires de la Mer 2022 : prix de la BD

USS Constitution (Tome 3) de Franck Bonnet (Éditions Glénat)

Le commentaire du jury, par Emmanuel de Fontainieu :

En remettant ce prix à Franck BONNET pour le tome III de USS Constitution, le jury des Mémoires de la Mer est heureux de récompenser, indirectement, une série BD complète (trois tomes).

  • une série historique – les faits sont réels – et maritime remarquablement documentée,
  • une série centrée sur la vie du fameux USS Constitution, navire éponyme qu’on peut encore visiter à Boston aujourd’hui. Sa construction – décidée par le « Naval Act » en 1794 – marque la naissance de la Marine américaine. Un mythe flottant…
  • une série basée sur une histoire peu connue en France : l’intervention de la Navy en Méditerranée, au tout début du XIXe siècle, pour contrer les agissements des pirates barbaresques. Le tome III de la série s’ouvre en mai 1804. L’objectif est le blocus et le bombardement de Tripoli par l’escadre du commodore Prebble.

Avec Franck BONNET, c’est un vent d’Amérique qui souffle sur la BD : on n’a pas oublié les 12 tomes (!) des Pirates de Barataria, une saga pleine d’embruns commise avec son complice Marc BOURGNE, ancrée dans la Louisiane du pirate Jean Lafitte.

Franck BONNET

Nous saluons ici l’ouvrage de la maturité : scénariste et dessinateur, Franck BONNET est désormais un auteur complet.

Au-delà de la fidélité à l’Histoire – bien expliquée – il faut souligner d’abord la place du navire dans la narration : Constitution devient un véritable personnage, passé au scanner de la soute aux câbles jusqu’aux hunes les plus escarpées, cadrées serré par le dessin ou en plan large, souvent dans des angles improbables. Le maquettiste de navires qu’est Franck BONNET révèle tout son talent dans ces magnifiques tableaux. L’équipage s’y déploie comme dans une encyclopédie de la vie à bord : on voit comment changer une vergue, servir le canon, escalader les enfléchures, virer au cabestan…

Le projet est d’ailleurs servi par un graphisme bien affûté :

  • précision du trait : BONNET est un érudit de la chose maritime. Son aptitude au dessin technique excelle dans le foisonnement d’un gréement traditionnel ou le genre du « portrait de navire »,
  • palette sombre : l’auteur a la passion du noir. Ce qui non seulement correspond bien à ce monde de pénombre qu’est le navire de guerre, mais permet surtout de découper dans la page des halos de lumière : visages éclairés à la chandelle, explosion de brûlot dans la nuit ou même silhouettes dénudées dans l’ombre,
  • mise en scène des corps : il y a une forte charge érotique dans cet album. Ombrage des muscles et postures des corps, la nudité est révélée, organisée, fantasmée même, dans les entreponts, les auberges de ports, les lupanars…

Enfin l’intrigue tire sa force de quelques mécanismes habilement actionnés :

  • Le jeu sur le genre : introduire une femme (travestie en homme) dans l’univers de brutes d’un vaisseau de ligne ne constitue pas vraiment une nouveauté. François BOURGEON avait brillamment ouvert la voie dans ses Passagers du vent. Mais le procédé se révèle une fois de plus diablement efficace dans le huis clos du navire. Il fabrique du danger (on a peur pour elle), du suspense (sera-t-elle démasquée ?), de la perturbation (menace, chantage, protection, etc).
  • La vengeance familiale tient lieu de ressort ultime en fond de récit. Elle produit un personnage négatif particulièrement ignoble (donc très réussi !) en la personne de l’oncle, érotomane et sans scrupule.

Bref, on est pris…

… et on apprend.

Emmanuel de Fontainieu
Directeur du Centre International de la Mer
La Corderie Royale – Rochefort

Les jurys et les lauréats des Mémoires de la Mer 2022 samedi 22 octobre au Théâtre de la Coupe d’or à Rochefort

Palmarès Mémoires de la Mer 2022 : prix du film

«Océans 3, la voix des invisibles – Éoliennes, une drôle de guerre» de Mathilde Jounot (Portfolio Productions, France, 2021)

Le commentaire de Marie-Dominique Montel, au nom du jury :

Pourquoi ce film est-il le lauréat 2022 des Mémoires de la mer ? Parce que le jury, composé de personnes formidables, a voté et que le film de Mathilde Jounot a gagné ! On pourrait penser que c’est parce que le débat sur l’implantation des éoliennes en mer est aussi un sujet particulièrement sensible ici, en ce moment… On n’aurait pas tort, mais tous les membres du jury ne sont pas charentais.

La vérité c’est que c’est un excellent film, bien filmé, bien monté, bien construit. La musique et le commentaire sont mis au service d’une histoire qui en devient passionnante. Car ce n’était pas gagné d’avance.

Les jurys et les lauréats des Mémoires de la Mer 2022 samedi 22 octobre au Théâtre de la Coupe d’or à Rochefort

C’est vrai que les pécheurs et les éoliennes (comme les forages off-shore) recherchent exactement les mêmes endroits peu profonds. Les hauts fonds. Mais en termes cinématographiques, ce n’est pas une histoire qui paraissait fascinante au départ: le débat entre pécheurs, industriels et financiers… Plusieurs lieux différents, Saint Brieuc et le Tréport, avec en prime Bruxelles et ses technocrates; peu de scènes d’amour et encore moins de cascades. Bref, un film intelligent !

Et c’est bien ce que l’on voit à l’écran : un problème actuel traité sur la durée (des mois et des mois), et avec les acteurs : pêcheurs de la baie de Saint-Brieuc et du Tréport, défenseurs des énergies vertes, industriels de l’éolien, scientifiques. On entend tous leurs points de vue, on suit leurs échanges ou… leurs dialogues de sourds. Et (c’est là où c’est extraordinaire !) la mayonnaise prend. On est dans un film à suspense. On se demande comment se prennent en fin de compte les décisions? On ne lâche plus l’intrigue et ses rebondissements.

Le film était un défi difficile, il est relevé avec maestria et avec quelque chose d’essentiel, l’intensité narrative!

Qui est Mathilde Jounot ?

Mathilde Jounot

Regardez-la bien et retenez bien son nom, ses deux films précédents ont déjà connu un grand succès et collectionné les récompenses internationales. C’est une Malouine, fille, petite-fille de marins, mais aussi une juriste et une journaliste qui a mené un gros travail d’enquête, considérant que le citoyen doit avoir les éléments pour se construire une idée plus précise des intérêts en jeu. Comme nous allons lui donner la parole, je ne la cite pas trop longuement mais elle dit : « On retrouve la politique au sens noble du terme. »

Moi je vous dit aussi: son film se regarde comme un roman ET c’est une archive formidable ! C’est le boulot ou la vocation (vous choisissez le mot qui vous convient) des Mémoires de la mer de sauvegarder de tels moments de l’histoire de la mer.

Palmarès Mémoires de la Mer 2022 : prix du livre

« Ultramarins » de Mariette Navarro (Quidam Editeur)

Mariette Navarro © Philippe Malone

« Ils n’auront pas dessiné un filet bien large au milieu de l’océan.
Ils n’auront pas nagé plus de trente-cinq minutes. 
Ils n’auront pas été autre chose que des créatures terrestres qui paniquent dans le bleu.
Ils auront vu leur vie résumée dans une vague, espéré le rivage et le réveil. »

« Ils savent que quelque chose leur a échappé. Pendant presque une heure ils ont perdu le fil de tout. Un peu de houle s’est jouée d’eux. Entre l’océan et eux quelque chose s’est produit dont ils ne parleront jamais, ou bien il faudra beaucoup boire, ou bien il faudra beaucoup de nuits blanches. »

« Ils ont quitté les sons de la terre et de la surface, ils découvrent la musique de leur propre sang, tambour jusqu’à la liesse, percussion jusqu’à la transe. Son noir des apnées, symphonie des apesanteurs ».

« En une seconde ils sont sous l’eau, les cheveux méduses, enfin livrés à autre choses qu’aux embruns, ondulent, libèrent de leur pression les crânes, ne pèsent plus rien.

Ultramarins (Mariette Navarro)

Le commentaire de Dominique Cara-Brighigni au nom du jury :

Les jurys et les lauréats des Mémoires de la Mer 2022 samedi 22 octobre au Théâtre de la Coupe d’or à Rochefort

Votre livre commence avec un citation de Platon :

« Il y a 3 sortes d’hommes, les vivants, les morts et les marins ».

Ce soir les marins nous accompagnent.

Un navire chargé de marchandises quitte Saint-Nazaire pour les Antilles. Il est commandé par une femme, à la tête d’un équipage de vingt hommes. Théoriquement du moins.

Un marin lance l’idée d’une baignade en plein océan; à la surprise générale, la commandante accepte, elle d’ordinaire si soucieuse des protocoles.

Les marins profitent de ce moment suspendu, la commandante, restée seule à bord, se demande, elle si rigoureuse et professionnelle pourquoi elle a lâché ce oui :Une parenthèse de liberté dans un monde de règles et d’habitudes ?

La parenthèse récréative refermée, les hommes remontent à bord : ils sont désormais vingt et un. Les anomalies s’enchaînent alors, le bateau ralentit inexplicablement son allure et une brume impénétrable envahit la zone……

La commande est prise par le vertige, elle qui doit constamment faire ses preuves dans un univers masculin…Elle qui les dirige d’une main de fer.

Elle sait qu’elle appartient à la mer, qu’après chaque escale, il lui tarde de repartir, face à l’immensité. Jamais il n’a été question de vie terrestre.

« Elle, elle appartient à la mer. Bien avant d’avoir navigué, dans les années terrestres de maison chaude et de fratrie, de giron maternel et de chemin vers l’école, dans les années, même, de ville éloignée de tout port, d’études et de livres lus, elle ne marchait pas sur le même sol que les autres ».

Ultramarins raconte aussi cette traversée intérieure.

C’est un livre dans lequel on se laisse complètement embarquer, c’est aussi un très beau portrait de femme, au milieu d’un monde de marins unis dans la camaraderie, c’est un hommage au père lui aussi commandant de bord.

C’est un premier roman empreint de poésie, un roman de la mer et des hommes, de la mer et d’une femme, qui entraîne son lecteur dans une dérive maritime avec l’océan et le brouillard qui nous enveloppe.

Un roman étonnant, fascinant, envoûtant, magnifique.

Chère Mariette pour vous ce poème du grand poète italien Giuseppe Ungaretti :

M’illummo d’immenso

Dernière chose, le livre a eu plusieurs prix dont le dernier en date le Prix Leopold Senghor du premier roman 2022, on est à presque 25000 exemplaires vendus, après sept réimpressions, et le livre est un objet superbe.

Samedi 22 octobre : remise du prix du film des Mémoires de la Mer 2022.

Dix films en compétition à voir à la Corderie Royale de Rochefort les vendredi 21 et samedi 22 octobre après-midi et le dimanche 23 octobre en matinée.

Des films qui se font l’écho fidèle des défis et des enjeux qui touchent aujourd’hui aux rapports de l’homme et de l’océan :

  • Défis scientifiques avec les progrès exceptionnels des techniques d’exploration sous-marine au service de la protection de la biodiversité, de la compréhension de la vie animale – des cachalots aux espèces méconnues des grandes profondeurs – de la lutte contre les pollutions et de la sécurité des populations littorales, notamment face aux risques de tsunami associés aux éruptions volcaniques en Méditerranée
  • Défis humains : le défi quotidien de la communauté des sauveteurs en mer, l’engagement militant pour la préservation de métiers traditionnels de la pêche artisanale, en Afrique comme sur la côte bretonne, l’aventure individuelle des marins du Vendée Globe.
  • Défis culturels : ceux liés à la préservation des mémoires, celles des Inuits au cœur de l’Arctique, celles des solidarités ouvrières d’hier et d’aujourd’hui dans un site à jamais marqué par l’histoire des chantiers navals, La Ciotat.

Pour vous donner envie de les découvrir à Rochefort, des extraits choisis :

Le programme de l’édition 2022 du Festival des Mémoires de la Mer

Une édition dédiée à « La tempête », compagne inséparable de l’univers des marins
et de l’imaginaire de la mer : trois jours de rencontres, débats, lectures, films, musiques.

Des parrains prestigieux :

Isabelle Autissier, Erik Orsenna, Jean-Louis Etienne

Un invité d’honneur :

Jérôme Seydoux, président du groupe Pathé, un des majors de l’industrie
cinématographique française qui distribue notamment le film Océans (réalisé par
Jacques Perrin et Jacques Cluzaud en 2010).

Six rencontres-débats pour confronter les regards sur la tempête :

Naviguer dans les tempêtes

SAMEDI 22 OCTOBRE / 14H30 -16H – ENTRÉE LIBRE
RENCONTRE-DÉBAT
LA PIÈCE À CAFÉ (QUAI AUX VIVRES)

De tous temps, la tempête a été pour les marins l’aventure de mer la plus commune et la plus redoutée. Mais aujourd’hui, alors que le commerce maritime mondial explose, que les marines militaires se déploient dans toutes les mers du monde, que les courses à la voile autour de la planète se multiplient, comment se vit dans la communauté des marins et plus largement dans l’univers maritime la relation à la tempête ? Les technologies ont-elles vraiment banalisé cette relation ? Certains ont choisi délibérément d’aller naviguer en permanence au cœur des tempêtes. D’autres s’attachent avant tout à préserver leurs navires et à les contourner. D’autres encore cherchent à « jouer » avec elles pour progresser plus vite. Confronter leurs regards sur la tempête est un exercice inhabituel sinon inédit : c’est le défi de la 3ème édition du Festival des Mémoires de la Mer.

Soigner pendant la tempête

VENDREDI 21 OCTOBRE / 16H -17H30 – ENTRÉE LIBRE
RENCONTRE-DÉBAT
ANCIENNE ÉCOLE DE MÉDECINE NAVALE
SALLE DES ACTES (RDC)

Nous avons tous en mémoire les images choc de l’amputation réalisée en pleine mer sans anesthésie par le chirurgien de marine du film Master and Commander. Ces images reflétaient-elles vraiment la réalité de la marine des 18 et 19e siècles ? Quels regards portent sur elles ceux qui ont aujourd’hui la charge de soigner les marins à bord des navires ou de leur porter assistance depuis la terre ? Comment s’organisent-ils eux-mêmes ici et maintenant pour faire face aux maladies et aux traumatismes sévères inhérents aux risques de la navigation en mer en solitaire comme en équipage ?

Tempêtes et changement climatique

SAMEDI 22 OCTOBRE / 17H -18H – ENTRÉE LIBRE
RENCONTRE-DÉBAT
CORDERIE ROYALE
SALLE DE PROJECTION DU CIM

Le littoral français connait régulièrement des épisodes météo d’une extrême violence. Sont-ils amenés à se répéter de plus en plus fréquemment ? Y a-t-il un rapport avéré avec le changement climatique ? La communauté maritime est-elle aujourd’hui suffisamment préparée pour les prévoir, les anticiper voire pour en réparer les dommages ? Le temps des tempêtes qui s’annonce va t’il transformer notre relation avec la mer ?

Oiseaux marins dans la tempête : voyage au cœur des terres australes françaises

VENDREDI 21 OCTOBRE / 18H -19H – ENTRÉE LIBRE
RENCONTRE-DÉBAT
FONDERIES ROYALES (LPO)

Comment les oiseaux vivent-ils dans les 40ème rugissants, 50ème hurlants, au milieu des tempêtes permanentes de l’Océan Austral ? Albatros, manchots, pétrels, comment ces oiseaux marins se sont adaptés pour continuer à vivre dans ces conditions extrêmes ? Quelles conséquences a pour eux le changement climatique ? Quelles sont les mesures prises pour préserver ces espèces emblématiques ?

La tempête et la mer au cinéma

DIMANCHE 22 OCTOBRE – 10H -12H – ENTRÉE LIBRE
RENCONTRE-DÉBAT
CORDERIE ROYALE
SALLE DE PROJECTION DU CIM

En 1942, le tournage en mer par Orson Welles d’une séquence de son film It’s all true consacrée à l’épopée véridique de quatre pêcheurs brésiliens fut marqué par la mort tragique par noyade de l’un d’entre eux. Un drame exceptionnel dans le tournage des films de fiction, car la plupart du temps, les scènes de tempêtes en mer, qui nous glacent et nous terrifient, sont tournées en studio. Comment fabriquait-on hier, comment réalise-t-on aujourd’hui au cinéma ces images singulièrement réalistes ? Et comment font ceux qui affrontent les tempêtes en conditions réelles pour les besoins d’un documentaire ou d’un film ? Comment, dans ce cas, intègrent-ils la tempête et sa force dans leur création ?

La tempête dans la peinture

SAMEDI 22 OCTOBRE / 11H30-12H30 – ENTRÉE LIBRE
RENCONTRE-DÉBAT
MUSÉE HÈBRE

La mer n’a été longtemps en peinture qu’un simple décor. Ce n’est vraiment qu’au 18ème siècle et surtout avec les artistes romantiques du 19ème siècle qu’elle est devenue une réalité vivante. Après les « marines » concomitantes au développement de la navigation marchande, viendra le temps de ce que Courbet appellera « les paysages de mer » et, comme marqueur de ces paysages, les représentations de la tempête. Voir la mer, c’est désormais voir la mer en tempête, observée depuis le rivage ou même au large depuis le pont d’un navire. Que racontent vraiment de la tempête les peintures de mer ? Comment traduisent-elles le déchainement de l’océan, l’effroi qu’il suscite et les résistances de l’homme ? Quelles relations entretiennent-elles avec les progrès des sciences de la nature (la météorologie, la biologie marine, l’océanographie…) ? Ont-elles aujourd’hui des héritières à l’heure de l’accélération des bouleversements climatiques ?

REMISE DES PRIX DES MÉMOIRES DE LA MER

19H30 – ENTRÉE LIBRE
(dans la limite des places disponibles)
THÉÂTRE DE LA COUPE D’OR

Soirée de remise des prix des Mémoires de la Mer aux auteurs de livres, BD et réalisateurs de films sélectionnés. Proclamation des résultats du concours de lecture « Récits de Tempêtes » destiné aux jeunes. Musique avec Pianocéan, Marieke Huysmans-B

Programme détaillé du vendredi 21 Octobre

Programme détaillé du samedi 22 Octobre

Programme détaillé du dimanche 23 Octobre

Plan

21-22-23 octobre : le programme détaillé du Festival des Mémoires de la Mer 2022 à Rochefort !

Ça va souffler à Rochefort du 21 au 23 octobre prochain ! On vous attend pour la 3ème édition du Festival des Mémoires de la Mer dédiée à la tempête, un festival entièrement gratuit. Pour tout savoir sur le programme, téléchargez le dossier de presse avec le lien ci-dessous :

Festival des Mémoires de la Mer, à Rochefort, les 21, 22 et 23 octobre 2022 : trois jours de rencontres, de lectures, de films et de musique !

Une édition dédiée à  « La tempête », compagne inséparable de l’univers des marins et de l’imaginaire de la mer : 3 jours de rencontres, débats, lectures,  films, musiques.

6 rencontres-débats pour confronter les regards sur la tempête

  • Tempêtes et changement climatique .
  • La tempête au cinéma.
  • La tempête dans la peinture.
  • Naviguer dans les tempêtes. 
  • Les oiseaux marins face aux situations extrêmes. 
  • Soigner pendant la tempête 

Avec des invités de tous horizons (plus d’une trentaine) : Navigateurs, écrivains, artistes, scientifiques, réalisateurs, musiciens

  • De grands acteurs maritimes : la Marine Nationale, CMA-CGM, Les Abeilles, les Samu de la Mer ; la Ligue Pour la Protection des Oiseaux ;
  • Des parrains prestigieux:  Isabelle Autissier, Erik Orsenna, Jean-Louis Etienne.
  • Des dédicaces de livres et de BD ;
  • Des projections en continu des meilleurs films documentaires de l’année et des fims références sur la tempête ;
  • De la musique : avec le chœur des Marins de l’Adour, des musiciens du Bagad de Lann-Bihoué et Marieke Huysmans-Berthou, la pianiste et chanteuse de Pianocean ;
  • Un concours d’éloquence dédié aux scolaires à partir des grands textes littéraires sur la tempête ;
  • Un hommage spécial à Jacques Perrin, disparu en avril 2022, en partenariat avec la Marine Nationale, Pathé Cinéma et la Ville de Rochefort : Jacques Perrin, le marin des « Demoiselles de Rochefort », l’officier de marine du « Crabe-Tambour », le réalisateur d’ « Océans » , un documentaire d’exception sur l’océan et les créatures marines.
  • Une parade nautique sur la Charente avec les yachts classiques du Musée Maritime de La Rochelle.

Le Festival des Mémoires de la Mer : un festival gratuit et ouvert à tous !

Du 21 au 23 octobre 2022 à Rochefort en Charente Maritime : le Festival des Mémoires de la Mer

 A retenir dès maintenant sur vos agendas : du 21 au 23 octobre 2022 à Rochefort en Charente Maritime, 3ème édition du Festival des Mémoires de la Mer, une édition spéciale « Tempête »

3ème édition du Festival des Mémoires de la Mer, une édition spéciale « Tempête »