Disparition de Georges Pernoud : l’hommage des Mémoires de la Mer

« Merci, Georges !

« Il y a deux arts d’être français et ceux qui l’auraient oublié auraient tort de négliger la chance que nous avons d’avoir deux options au menu, bocage ou grand large ». Régis Debray (« Du génie français »).

Pendant plus de 40 ans, grâce à Georges Pernoud et à son émission Thalassa, chaque vendredi soir, la télévision a mis en lumière la France des grands horizons.

Pour cette ouverture sur le large, nous sommes nombreux, à l’heure des adieux, à lui dire tout simplement merci.

A titre personnel, je lui avais témoigné, il y a 5 ans, lors de la présentation en avant-première du film « L’aventure de l’Hermione », rediffusé à la télévision  ce dimanche 10 janvier – ma gratitude pour son soutien si déterminant dans la réussite du défi improbable de l’Hermione : « Permettez-moi d’adresser un salut personnel et amical à Georges Pernoud dont l’émission Thalassa fête en ce moment ses 40 ans et sans lequel le film que nous allons voir n’aurait pas existé. Nous nous connaissons, Georges et moi, depuis presque aussi longtemps que son émission. Et, si nous sommes ici ce soir, c’est un peu de sa faute ! D’abord parce que nous sommes tous des enfants de Thalassa. Mais aussi et surtout, parce que si l’aventure de l’Hermione a su créer autour d’elle un tel engouement, une telle ferveur, tout au long des 17 années du chantier, c’est notamment à Thalassa qu’elle le doit.

Merci, Georges, d’avoir cru, contre vents et marées, à notre aventure et d’avoir été auprès du grand public un formidable interprète de notre défi associatif 

Salut, Georges et encore merci ! »

Benedict Donnelly

Président de l’Association Hermione-La Fayette de 1993 à 2016, membre du CA du Musée National de la Marine,  initiateur du Festival des Mémoires de la Mer.

Un retour aux sources pour ré-enchanter la voile

Une histoire de la voile

 Le commentaire de Benedict Donnelly sur le dernier livre d’Olivier Le Carrer « Une Histoire de la voile » chez Glénat.

Disons-le d’emblée, cette « histoire de la voile » est d’abord un plaisir…   pour les yeux !

Plus qu’une simple illustration des évolutions qui ont marqué, depuis deux siècles, l’histoire de la voile, « cet art de naviguer pour le plaisir » , l’image est un élément essentiel, structurant, du récit.

Un choix  revendiqué par l’auteur :  l’influence des peintres, des illustrateurs, des affichistes, des photographes a été, pour lui, déterminante dans l’attrait et le rayonnement de la voile.

Avec une subjectivité revendiquée, Olivier Le Carrer nous fait partager les coups de cœur de son musée imaginaire qui ne se cantonne pas aux frontières de l’Hexagone 

Paul Signac, Caspar Friedrich,  Edward Hopper, Winslow Homer, André Collot, Christen Kobke, Haugthon Forrest, John Lynn, Yvon Le Corre, la dynastie Beken, Marc Berthier… : une communauté d’artistes assemblée librement par l’auteur « pour nous dire que, toute laborieuse qu’elle puisse être, la voile est une fête »

Une fête loin d’être réservée, contrairement aux idées reçues, à quelques privilégiés : pas plus hier qu’aujourd’hui ! 

Olivier Le Carrer est, sur ce point, particulièrement convaincant . Son analyse détaillée et…. lumineuse du tableau ci-dessous, peint en 1819 par Caspar Friedrich, en atteste : «  Le peintre allemand d’origine modeste – son père tenait un petit atelier de chandelles -, s’y est vraisemblablement représenté en compagnie de son épouse Caroline. La présence de celle-ci rappelle opportunément que les femmes sont beaucoup plus présentes qu’on ne l’imagine dans l’histoire de la plaisance. Le bateau n’a rien de luxueux ; il pourrait s’agir d’une petite unité de pêche ou de cabotage comme on en trouve couramment dans les eaux danoises où Friedrich a séjourné plusieurs années à la fin du 18ème siècle. »

 Une sortie en mer qui n’a rien d’exceptionnelle :  « Les pêcheurs de tous pays ont toujours su profiter de leur outil de travail pour emmener leurs proches pique-niquer sur l’île voisine quand le ciel – et les contraintes de leur dur labeur -autorisait une pause . Ils ont aussi pris le pli de fêter les grands événements en faisant la démonstration de leurs compétences, autrement dit en organisant des courses aussi âprement disputées que festives».

Preuves à l’appui, Olivier Le Carrer tord le cou à quelques idées reçues bien ancrées dans notre inconscient collectif : 

« Non,le yachting n’a pas été inventé par de riches oisifs soucieux d’en mettre plein la vue à leurs contemporains. Cette caricature, alimentée depuis toujours par une iconographie abondante en bateaux extravagants et milliardaires à casquette, cache une histoire infiniment plus complexe. Les photographies des glorieux géants d’hier sont magnifiques mais trompeuses. A force de prendre toute la lumière, leurs voiles démesurées ont laissé dans l’ombre les véritables artisans du succès de la navigation de loisir : amoureux de la nature, sportifs, simples pêcheurs, aventuriers ou poètes. »

Pas très pertinente non plus, selon l’auteur, la distinction française entre un yachting exclusivement aristocratique jusqu’au milieu du 20ème siècle et une pratique qui ne serait démocratisée qu’à partir de cette date : qu’il s’agisse de compétition, de balade côtière paisible, ou d’expédition aventureuse a bout du monde, les marins de loisir ont toujours eu des profils très divers, représentant toutes les strates de la société. »

Cette remise à l’endroit de l’histoire de la voile de loisir n’est pas déconnectée des enjeux d’aujourd’hui. C’est même tout le contraire !

Olivier Le Carrer ne dissimule pas les effets pervers de la période récente : la bétonnisation du littoral avec ses 160 000 places de pontons bâties en quatre décennies pour des bateaux ventouse dont la plupart ne naviguent guère plus d’une semaine par an ; cette « étrange situation d’une industrie nautique qui vend maintenant des bateaux à 200 000 euros en plus grand nombre que ses modèles d’entrée de gamme », d’un secteur de la location privilégiant les grandes unités, oubliant au passage tous ceux qui aimeraient bien trouver un voilier « réellement adapté à l’usage d’une petite famille » ; l’effondrement de la pratique du dériveur, en partie dû à sophistication coûteuse – un vaurien valait,il y a 60 ans l’équivalent de 1400 euros alors que ses successeurs coûtent aujourd’hui entre 7000 et 13 000 euros .

Mais Olivier le Carrer n’est pas un ronchon nostalgique, loin s’en faut. Ce mordu de surf, longtemps moqué dans les salles de rédaction par les voileux purs et durs, est passionné par les ruptures technologiques, les révolutions architecturales d’hier et d’aujourd’hui qu’il vulgarise ici avec talent. 

S’il appelle à se souvenir des grands moments et des fortes personnalités qui ont marqué la voile d’hier, c’est pour mieux réenchanter la voile d’aujourd’hui. Son livre est un appel à la créativité, à l’imagination et à la transmission pour faire partager au plus grand nombre la beauté et le plaisir de la voile. 

« C’est trop beau, nous n’allons pas garder cela pour nous » : le cri du cœur de Philippe Viannay, le fondateur des Glénans qui ouvre cette « histoire de la voile » est formidablement illustré quelques pages plus loin par l’affiche créée par le peintre Gildas Flahaut pour l’édition 2017 de la semaine du Golfe du Morbihan. L’image encore et toujours …. 

Le Vendée Globe et l’ouverture au monde (suite)

Quel bonheur quand les courses à la voile autour du monde permettent de redécouvrir le monde !  A quelques jours d’intervalle, deux concurrents du Vendée Globe ont  attiré l’attention des médias et des passionnés, qui suivent jour après jour les péripéties de la course autour du monde à la voile en solitaire autour du monde, sur l’Île Macquarie.

C’est sous le vent de cette île, qualifiée par son équipe à terre de « caillou rectangulaire inconnu au sud de la Nouvelle Zélande…  » que Louis Burton s’est abrité pour pouvoir monter en haut de son mât réparer des avaries handicapantes. Quelques heures plus tard, c’est un tweet d’un autre concurrent Romain Attanasio qui mettait à l’honneur l’Île Macquarie : « J+42 Passage entre l’île Macquarie et les rochers de Bishop Island. Les fonds passent de 4000m à moins de 100m en 1 km ! Je m’engage dans ce passage car il y a seulement 2 m de houle derrière moi ».

Un caillou inconnu, l’île Macquarie ? Pas si sûr. Wikipedia, en tout cas, apporte des informations précises : « L’île Macquarie se situe au sud-ouest de l’océan Pacifique, environ à mi-chemin entre la Nouvelle-Zélande et l’Antarctique. Île australienne, elle est administrativement rattachée à la Tasmanie depuis 1890 et est devenue réserve d’État en 1978. Elle dépend depuis 1973 du Conseil de la vallée Huon et figure depuis 1997 sur la liste du patrimoine mondial.

Elle a été découverte par le Britannique australien Frederick Hasselborough en 1810 alors qu’il cherchait des territoires de chasse au phoque. Il la nomma du nom du gouverneur de Nouvelle-Galles du Sud, le colonel Lachlan Macquarie.

Pour en savoir plus, je suis allé sur le site Horizons partagés (https://www.sblanc.com/) d’Agnès Brenière et Samuel Blanc, « guides et photographes passionnés de glaces, de grands espaces et de hautes latitudes. »

Leur article sur l’Ile Macquarie livre un regard passionné et passionnant sur ce « caillou inconnu ».

L’île australienne Macquarie, se trouve à 1000 km au Sud de la Nouvelle-Zélande et à égale distance de la Tasmanie et de l’Antarctique (1500 km).

Elle est la partie immergée du ridge de Macquarie, formé par l’activité des plaques tectoniques pacifique et australienne. L’île est sans doute apparue il y a 600 000 à 700 000 ans et continue de croître à la vitesse de 8 mm par an. De nos jours, l’île Macquarie de forme rectangulaire, occupe une surface de 128 km² (34 km de long pour 5 km de large).
La température moyenne annuelle est de 5°C, mais ce qui caractérise l’île, c’est surtout le vent qui souffle 268 jours par an !!

Macquarie a été découverte par hasard le 11 juillet 1810, par l’équipage du navire de chasse aux phoques Perseverance, commandé par Fréderick Hasselburgh. L’expédition, qui venait de découvrir l’archipel des îles Campbell six mois auparavant, était à la recherche de nouveaux territoires de chasse. L’île fut baptisée en l’honneur du Colonel Lachlan Macquarie, gouverneur de l’état de Nouvelle Galle du Sud de 1810 à 1821. La chasse aux phoques et otaries fut si intense, qu’il faudra attendre les années 1950 pour de nouveau constater la reproduction de ces animaux sur l’île ! Mais le massacre ne s’est pas arrêté là. Les éléphants de mer eux aussi furent chassés, afin de produire de huile à partir de leur graisse. Il en fut de même pour les manchots, bouillis dans de grandes cuves. Deux millions d’entre eux furent ainsi utilisés en une trentaine d’années.

C’est en 1821, que la première vraisemblable expédition scientifique est menée sur l’île. Dirigée par l’amiral russe Bellinghausen, elle réalise la première carte de l’île et récolte les premiers échantillons de plantes et d’animaux. D’autres grands noms visiteront Macquarie, comme le capitaine Scott en 1901.

Mais le tournant scientifique pour l’île sera en 1911. Cette année là, cinq hommes sont déposés par l’expédition australienne dirigée par Douglas Mawson, qui part ensuite hiverner en Antarctique. Pendant deux années et demi, ces hommes établiront un relais radio entre l’Australie et l’Antarctique. Ils exploreront également l’île et leur découvertes et observations, serviront de point de départ à la recherche scientifique. En 1948, le gouvernement australien installe la base de l’ANARE (Australian National Antarctic Research Expeditions), sur l’isthme situé à l’extrémité nord de l’île. Toujours occupée de nos jours, la base a une capacité d’accueil d’environ 40 personnes. La gestion de la base et de l’île, a été confiée conjointement au Tasmanian Parks and Wildlife Service et à l’Australian Antarctic Division

Comme la plupart des îles subantarctiques, Macquarie frappe par sa biodiversité aussi bien sur le plan de la faune, que de la flore. L’île compte 29 espèces d’oiseaux nicheuses dont 2 endémiques (le gorfou de Schlegel et le cormoran de Macquarie) ainsi que 4 espèces de pinnipèdes. On y compte également 45 espèces de plantes vasculaires, dont 4 endémiques (le chou de Macquarie par exemple), 141 espèces de lichens ou encore 135 espèces de champignons. Il s’en est fallu cependant de peu, pour que bon nombre d’espèces d’oiseaux et de plantes disparaissent. En effet, 9 espèces de mammifères ont été introduits sur l’île depuis le début du 19ème siècle. Après le retrait du dernier chat en 2 000, les australiens se consacrent maintenant à l’éradication des rats, souris et surtout lapins qui ont considérablement endommagé la végétation de l’île. Le programme mené depuis 2010 se terminera en 2018. Il implique directement pas moins de 50 personnes, 12 chiens, 4 hélicoptères et 1 navire pour un budget total de 20 millions d’euros.

Avec Courbet et Delacroix, la mer devient paysage !

Nous poursuivons avec Olivier Cena, de Télérama, l’exploration de l’émergence de la mer dans la peinture comme élément à part entière.

Les tableaux du Lorrain ne sont déjà plus des marines. Mais ce ne sont pas encore ce que Gustave Courbet, à la fin des années 1860, appellera des « paysages de mer ». 

Dans un paysage de mer — la série des Vagues (1869-1970) de Courbet ou, auparavant, un petit tableau d’Eugène Delacroix, La Mer vue des hauteurs de Dieppe (1852) —, il y a surtout la mer et le ciel. Ces deux éléments occupent au moins les quatre cinquièmes de la surface du tableau. La présence d’un bateau est superfétatoire. Le romantisme est de mise : Victor Hugo, décrivant l’océan comme une « hydre aux écailles vertes », rôde près des vagues de Gustave Courbet. La mer, violente et inquiétante, est aussi le miroir de l’âme humaine.

La mer orageuse ou La Vague, de Gustave Courbet, 1869-1870 © akg-images

Le Chant des Sirènes dans l’histoire de la musique : un texte inédit du musicologue Michel Verschaeve

Le Chant des Sirènes

Quel marin n’a pas cru un jour entendre le chant des sirènes ?

Cela mérite donc bien quelques pistes musicales à suivre sans danger. En effet, qu’elles soient belles femmes à queue de poisson, ou mi-femmes mi-oiseaux (c’est le cas pour Ulysse) leur chant irrésistible et fatal attire les navigateurs séduits vers les ténèbres.

Mais pour autant en cédant au chant des sirènes, faisons-nous vraiment preuve de faiblesse ?

C:\Users\Verschaeve\Desktop\Sireene\Frederic_Leighton_-_The_Fisherman_and_the_Syren 1858 muse-e Bristol.jpg

Commençons par la Cantate Française qui est à l’Opéra ce que le court métrage est au Cinéma. Notre sujet y est bien évidemment largement traité notamment par Thomas-Louis Bourgeois (1676-1751) un des maîtres du genre.

Sa cantate « Les Sirènes » est formée de récits et airs caractéristiques du goût musical et théâtral de la Régence (1715-1723).

https://www.carus-verlag.com/fr/enregistrements/tous-les-enregistrements/genre/cd-stereo-et-super-audio/carolyn-sampson-les-sirenes-thomas-louis-bourgeois-cantates.html

Continuons avec un compositeur Daniel François Esprit Auber (1782-1871) que l’on connait peut-être plus aujourd’hui pour sa station RER proche du métro Opéra… on imagine mal l’influence considérable qu’a exercé le compositeur de la « Muette de Portici » – jouée plus de 500 fois à Paris – sur d’illustres compositeurs notamment Wagner.

Nous nous dispenserons de l’histoire abracadabrantesque du livret de son opéra-comique « La Sirène » pour retenir qu’un imprésario de l’Opéra de Naples (dont l’emblème de la ville est une sirène) espère entendre son chant incomparable pour l’engager comme Prima donna.

Il n’est donc pas étonnant que le compositeur profite du rôle de Zerlina, la soprano colorature qui incarne la sirène, pour lui confier des airs particulièrement virtuoses :

Chant de la Sirène à partir de 10:10   /  Prouesse Vocale (voir la partition au-dessus) à partir de 16:47 

Passons maintenant à un des airs d’opéra les plus extraordinaires extrait de « Rusalka ou Roussalka » d’Antonin DVORAK (1841-1904). L’héroïne veut reprendre une forme (entièrement) humaine pour séduire un beau prince. En échange elle doit perdre sa voix, ce qui est un comble pour un opéra ! Évidemment comme nous sommes dans une tragédie lyrique tout finira très (très) mal.

Laissons-nous porter par le chant sublime de cette sirène qui fait part à la lune de ses sentiments les plus profonds et sincères.

Passons maintenant à Alexander von Zemlinsky (1871-1942), compositeur  autrichien post-romantique, héritier direct de Gustav Mahler (1860-1911) et de Richard Strauss (1864-1949). Nous trouvons dans son poème symphonique composé en 1903 « Die Seejungfrau » une musique très expressive, parfois même très sensuelle cadrant parfaitement avec les multiples tourments de l’héroïne, tout cela grâce à une orchestration luxuriante et très « aquatique ».

La valeur de sa musique en général est encore aujourd’hui largement sous-estimée. C’est l’occasion pour nous de lui donner un coup de projecteur.

https://www.youtube.com/watch?v=im2aCZKG8pc&ab_channel=Rodders

C:\Users\Verschaeve\Desktop\Sireene\tumblr_nwoskcRZzV1rp6jq0o2_1280.jpg

Il existe une forme beaucoup plus modeste mais toute aussi expressive : celle d’une mélodie de Joseph Haydn (1732-1809) intitulée « Mermaid’song » pour chant et piano-forte. Ce compositeur particulièrement prolifique avec près de 1200 composées, représente le style  classique viennois. La musique de ce lied est raffinée, légère et inspirée, le texte « charmant » :

Maintenant les rayons de soleil dansants jouent sur la mer verte et vitreuse,      Viens et je montrerai le chemin où sont les trésors nacrés. 

Viens avec moi et nous irons où poussent les roches de corail.                           Les marées montantes ne supportent aucun retard, les vents orageux sont loin. 

Suivez, suivez, suivez-moi …

Comment ne pas évoquer un pur chef-d’œuvre de la musique française se rapportant directement à notre sujet. Il s’agit du troisième Nocturne  « Sirènes » composé à la toute fin du XIXème siècle par Claude Debussy (1862-1918). C’est une œuvre symphonique avec chœur de femmes (évidemment !) huit sopranos et huit mezzo-sopranos, très délicat à mettre en place.

Le compositeur définissait ses Sirènes en ces termes : « c’est la mer et son rythme innombrable, puis, parmi les vagues argentées de lune, s’entend, rit et passe le chant mystérieux des sirènes ». 

Notons le trait caractéristique de cette œuvre : un chœur féminin qui chante uniquement sur les voyelles « o » et « a » dans un rythme très lascif soutenu par une géniale orchestration.

https://www.youtube.com/watch?v=cz0ANH0KGwg&ab_channel=Fafner888

N’oublions pas aussi La Mer un autre chef-d’œuvre absolu de Claude Debussy composé en 1905 et terminée à Eastbourne lieu « où la mer s’exhibe avec une correction purement britannique ».

Lili Boulanger (1893-1918), morte prématurément à l’âge de 24 ans, fut en 1913 la première compositrice à remporter le Grand Prix de Rome.

Elle était la sœur cadette de l’immense pédagogue Nadia Boulanger qui rappelons-le eut plus de 1200 élèves dont : Leonard Berstein, Eliott Carter, Quincy Jones, Philip Glass, Michel Legrand, Lalo Schifrin, Daniel Barenboim, Astor Piazzola, etc…

On imagine les soirées musicales chez les Boulanger !

« Les Sirènes » sont écrites pour chœur à 3 voix de femmes, chœur mixte en coulisse et piano ou orchestre. Sa musique est très raffinée, en voici le début du texte :

Nous sommes la beauté qui charme les plus forts,

Les fleurs tremblantes de l’écume

Et de la brume,

Nos baisers fugitifs sont le rêve des morts!

J’ajoute ici notre véritable coup de cœur en la personne d’Anton Rubinstein (1829-1894).      Ce génial compositeur, hyper romantique nous livre en 1851 sa deuxième symphonie intitulée « Océan ». Que de chants passionnés de sirènes nous y trouvons, le tout dans une atmosphère particulièrement tourmentée…

Je vous invite à écouter le magnifique deuxième mouvement à 15:55 

Tout y est : mélodies suspendues, accompagnement quasi aquatique, orchestration compacte et saisissante, une partie de contrebasse très présente voulant attirer l’oreille vers les abîmes, harmonie (accords) très tourmentée.

Nous sommes en plein romantisme flamboyant. Il n’est donc pas surprenant qu’il eut comme élève l’illustre Tchaïkovski malgré le fait qu’il se soit senti toute sa vie considéré comme un étranger : « Les Russes me qualifient d’Allemand, les Allemands de Russe, les juifs de chrétien et les chrétiens de juif. Les pianistes me considèrent comme un compositeur, les compositeurs comme un pianiste, les classiques comme un moderne, les modernes comme un réactionnaire. Ma conclusion est que je ne suis qu’un pitoyable individu ».

Heureusement sa musique nous démontre tout le contraire.

Terminons sur une note plus réjouissante. Puisqu’en France tout se termine par une chanson,  je vous propose une surprenante « Mermaid Song » interprétée par The Gloria Darlings !

C:\Users\Verschaeve\Desktop\Sireene\Sirène B.jpg

Remerciements à Fabrice Conan (historien de l’Art et conférencier) pour le choix du tableau d’entrée qui est une peinture de Frederic Leighton : The Fisherman and the Syren datant de 1858 et visible au musée de Bristol.

A voir d’urgence : « Arctique, la guerre du pôle »

Un film réalisé par Agnès Hubschman, diffusé sur France 5 le 1er décembre 2020

La route maritime du Nord-Est a toujours été un rêve pour des milliers de marins. En raison du réchauffement climatique, cet axe est désormais libre de glaces la majeure partie de l’année. Cette catastrophe pour l’écologie est aussi une aubaine économique au cœur d’enjeux géostratégiques mondiaux.

En accès libre jusqu’au 31 décembre 2020 sur le site de France Télévision.

https://mobile.france.tv/france-5/le-monde-en-face/2095283-arctique-la-guerre-du-pole.html

« France 5 diffuse le mardi 1er décembre un excellent documentaire d’Agnès Hubschman, sur un sujet capital dont on parle trop peu : « Arctique, la guerre du pôle. » Il s’agit de montrer pourquoi et comment un désastre écologique est devenu un enjeu géopolitique de premier plan. Ce désastre, c’est la fonte de la banquise. Le réchauffement climatique bouleverse irrémédiablement les écosystèmes. Mais c’est aussi une aubaine pour les grandes puissances. L’Arctique pourrait en effet être libre de glace d’ici deux ou trois décennies. Cet océan deviendra alors accessible au transport de marchandises, et avec lui les trésors contenus dans son sous-sol : du pétrole, du gaz et des terres rares. 

Ce documentaire d’une heure et demie est à la fois très fouillé, précis, rythmé et pédagogique. Il donne la parole à des experts et expertes, mais aussi à ceux et celles qui ont activement participé aux différents événements relatés : d’anciens ministres des affaires étrangères, des ambassadeurs, etc…

Rappelons que le Pôle Nord n’appartient à personne. Oui, car il est situé dans les eaux internationales. Huit pays sont considérés comme pouvant revendiquer la zone : la Norvège, la Suède, la Finlande, l’Islande, le Danemark, le Canada, les Etats-Unis et la Russie. Mais ce sont loin d’être les seuls intéressés. La Chine, notamment, a vite compris que le raccourci par la nouvelle route maritime du Nord pourrait lui faire gagner un temps considérable dans le transport de marchandises entre Shanghai et Rotterdam

Si l’on peut parler de guerre froide, autour de l’Arctique, ce n’est pas uniquement un mauvais jeu de mot. Un cap important a été franchi l’année dernière, lors d’un conseil de l’Arctique en Laponie. Mike Pompeo, secrétaire d’état Américain, a accusé la Russie et la Chine de vouloir privatiser l’accès à la région : 

« La Russie laisse déjà des empreintes de botte dans la neige. »

Jusqu’où les grandes puissances iront-elles pour imposer leur suprématie au Pôle Nord ?Les conséquences de cet affrontement économique et militaire au sommet du monde se font déjà sentir, avec un trafic maritime croissant, des exploitations gazières et pétrolières démesurées, l’amoncellement de nouveaux déchets. Le Pôle Nord est en train de changer de visage. »

Dorothée Barba sur France Inter le 1er décembre 2020

Le Vendée Globe et l’ouverture au monde

Quel bonheur quand les courses à la voile autour du monde permettent de re-découvrir le monde !

Je n’ai pas boudé mon plaisir à la lecture de l’article de François-Guillaume Derrien sur le Vendée Globe paru dans Ouest-France du 23 novembre.

Article inspiré par la photo ci-dessous prise par un des concurrents du Vendée Globe, Yannick Bestaven, au large des côtes brésiliennes.

Comme le raconte F.G Derrien, les « cailloux » que longent plusieurs concurrents appartiennent à l’ile de Trindade : « une ile découverte en 1501, par le navigateur galicien João da Nova, mais pour le compte du Portugal. Elle a été baptisée par Estevão da Gama, cousin de Vasco de Gama, un an plus tard, du nom qu’elle conserve aujourd’hui.

En 1700, l’astronome anglais Edmond Halley aurait été le premier à débarquer sur le caillou. Il en a pris possession au nom du Royaume-Uni, créant du même coup un conflit diplomatique qui n’a été résolu qu’à la fin du XIXe siècle quand le Brésil – colonisé par les Portugais – a déclaré son indépendance »

Mais, ajoute le journaliste d’Ouest-France, « en amenant des animaux venus d’Europe sur cet îlot fortement vallonné (son point culminant, le pic São Bonifácio, atteint 625 mètres), le chercheur de comètes n’a pas eu là une idée lumineuse.

En 1994, ce sont quelque 800 chèvres, 600 brebis et centaines de porcs qui ravageaient l’île, sa forêt, ses cours d’eau, et impactaient fortement la reproduction des espèces endémiques de tortues (l’île possède la deuxième plus grande communauté de tortues vertes de l’Atlantique sud). 300 ans après, une vaste campagne d’éradication a donc été lancée, au milieu des années 1990)

Une campagne qui porte aujourd’hui ses fruits, la nature reprenant ses droits petit à petit. Mais davantage que l’ïle, c’est tout le secteur que le Brésil a décidé de placer sous protection, en inscrivant en 2018 cette zone parmi ses aires marines protégées. Coraux, poissons et crustacés, dont le crabe jaune en voie de disparition, Trindade est également un lieu de reproduction pour les oiseaux marins. »

Puissent les médias qui suivent le Vendée Globe suivre eux aussi l’exemple d’Ouest-France !

A titre personnel, j’ai essayé autrefois d’inscrire la mémoire de la mer au cœur des aventures à la voile d’aujourd’hui. Directeur de la communication de la Lyonnaise des Eaux à la fin des années 80, j’avais eu à piloter le sponsoring de la tentative du navigateur français Philippe Monnet contre le record de la traversée New-York-San Francisco à la voile. Un record établi en 1851 par le clipper Flying Cloud. Pour accompagner en communication interne ce partenariat, j’avais demandé à un  journaliste-historien de la voile, Daniel Charles, de mettre en perspective le record de Flying Cloud , « irrésistible symbole du rattachement de la Californie aux Etats Unis »

« . .. Au milieu du 19ème siècle, les deux rives des USA étaient alors séparées ou par les Rocheuses ou par le Cap Horn au choix. La Californie n’est atteinte qu’après une demi-année de voyage hasardeux ou dans des chariots bâchés, au travers des terres indiennes pas encore pacifiées ou dans les cabines étriquées des grands packetships. Le bout du monde.

En 1847, la Californie n’est encore qu’une possession éloignée du Mexique. Il y a une grande baie au nord avec une mission : San Francisco de Asis ; le village voisin de Yerba Buena compte 44 maisons, un moulin à vent et six rues. Mais en 1851, l’année où Flying Cloud établit son record, Yerba Buena est devenue San Francisco et les six rues sont devenues soixante-dix sept. Entre-temps, la Californie est devenue territoire des Etats-Unis en 1851). Et on y a découvert de l’or….

En 1849, 50 000 personnes traversent le continent en chariot ; 6500 passent par l’Amérique Centrale et 16 000 par le Cap Horn. Deux cent soixante-quinze  navires atteignent cette année – là San Francisco, qui ne comptait que deux maisons douze ans plus tôt… Vue de la Côte Est ou d’Europe, la Californie devient une fiction pavée d’or. Et l’express pour atteindre ce pays de cocagne est un navire, le clipper…

Chaque nouvelle coque de clipper , chaque nouveau lancement est un évènement, exalté avec le romantisme du temps :

« Et voyez ! Elle frémit ! Elle sursaute, elle bouge, elle paraît éprouver les frissons de la vie au long de cette quille, et repoussant le sol du pied, d’un bond exaltant, joyeux, elle saute dans les bras de l’océan. Et ho ! de la foule assemblée monte un cri, sonore et prolongé, qui à l’océan semble dire ; « Prends-la, ô fiancé, vieux et gris, prends la dans la protection de tes bras avec toute sa jeunesse et se charmes. ».

En anglais, c’est assez beau poème, par un excellent poète, Henry Longfellow, qui célèbre le lancement (le 15 avril 1851) d’un très remarquable clipper, Flying Cloud !

Qu’on en s’y trompe pas : si un poète aussi coté s’épand sur la mise à l’eau d’un navire, c’est qu’un tel lancement n’arrive pas tous les jours. Les clippers sont l’exception plutôt quel a règle. Leurs formes sont si effilées que la charge utile est ridiculement faible ; leurs gréements énormes sont fragiles, donc coûteux. En bref, ce soit des sortes de Ferrari de transport, à une époque où la vitesse prime sur la capacité, parce qu’il y a un boom économique à l’autre bout du continent, que tous s’y vend à n’importe quel prix. Mais cette époque déraisonnable ne n’éternisera pas ; Les vrais clippers – les Formule 1 de transport – ne vivront aux USA que de 1846 à 1859, pour être supplantés par les down-easters, plus volumineux, moins voilés, plus rentables.

1846-1859 : treize ans pour impressionner durablement les imaginations ! Mais treize années cruciales pour les USA. La ruée vers l’or apporte une prospérité sans précédent ; les 15 000 000 de dollars payés par les USA au Mexique pour l’achat de la Californie sont amortis en moins de deux ans. De 1850à 1860, le commerce extérieur US double, de 317 millions de dollars à 680 millions de dollars ; le tonnage de la flotte de commerce s’accroît de près de 70 %. Les clippers extrêmes produits par Griffith, Mc Kay, Pook, Webb… sont les porte-drapeaux de cette abondance : ce sont eux qui entreront dans la légende, eux que l’on retiendra. Et, parmi eux, Flying Cloud, qui se révèlera le meilleur compromis entre taille et performances. »

Benedict Donnelly

Le commentaire de Frédéric Brunnquell sur le prix du film des Mémoires de la Mer 2020 « Poisson d’or, Poisson Africain »

Prix du film des Mémoires de la Mer 2019  pour « L’odyssée des forçats de la mer », le réalisateur Frédéric Brunnquell a rejoint en 2020 le jury Films des Mémoires de la Mer.

Il nous livre ici son regard sur le prix du film 2020 « Poisson d’or, Poisson Africain », réalisé par Moussa Diop et Thomas Grand. 

« Poisson d’or, poisson africain porte la force de la découverte ethnologique dans ce qu’elle a de meilleur. Le film que nous avons primé cette année nous plonge dans le monde inconnu et saisonnier de la pêche à la sardinelle et de son exploitation au large des côtes sénégalaise. C’est un film absolu dont la précision puise dans le meilleur du grand reportages et y ajoute la justesse empathique et la compréhension fine du meilleur des documentaires. Nous découvrons les réalités complexes d’une communauté provisoire composée d’enfants, de femmes et d’hommes venus de toute l’Afrique de l’Ouest exploiter la ressource abondante en poissons des côtes de la Casamance.

C’est une histoire de survie, de pratiques ancestrales, loin de toute modernité. Les hectares de rivages sur lesquels les pêcheurs débarquent les caisses de poissons et où s’installent les ateliers de fumage, sont une arène médiévale dans laquelle toute une communauté joue sa survie au risque imminent et permanent de la mort ou de la maladie.

Le film est aussi une implacable réflexion sur la vie dans un univers où l’engagement physique et le risque, son corollaire, sont les uniques valeurs marchandes d’humains démunis.

Le film révèle que sur ces plages l’organisation complexe de ces pêcheries artisanales fait vivre toute une région qui s’étend sur plusieurs pays voisins. L’arrivée inéluctable de navires industriels et de la construction d’usines, à capitaux chinois, de farine de poissons menace tout cet équilibre économique à la sociologie si riche. Au nom du profit et de la mondialisation galopante, cet univers à la fois brut et diablement sophistiqué pourrait périr. Pourtant, comme le dit un jeune guinéen dans l’atmosphère enfumé d’un four à sardinelle : « je ne suis à la recherche que du bonheur ».

Frédéric Brunnquell

Hommage à Yvon Le Corre, peintre et écrivain, lauréat des Mémoires de la Mer 2012

Il ne dissimulait pas son plaisir, ce soir de mars 2012, sur la scène de la Maison des Travaux Publics, tout à côté des Champs Elysées, de recevoir des mains d’Erik Orsenna le prix du livre des Mémoires de la Mer 2012. Ni son plaisir…ni son étonnement de recevoir ce prix pour son « L’ivre de Mer » qu’il qualifiait lui-même de livre… « foutraque ».

Yvon Le Corre est décédé, à la fin du mois d’août chez lui à Tréguier, où ce grand marin artiste-voyageur avait jeté l’ancre, il y a plusieurs décennies.

Il avait inauguré, quelques semaines plus tôt, à Tréguier, une des deux expositions qui lui étaient consacrées durant cet été 2020.

https://actu.fr/bretagne/treguier_22362/treguier-le-peintre-yvon-le-corre-est-decede_35714337.html

Titouan Lamazou, invité d’honneur de la première édition du Festival des Mémoires de la Mer en mai 2019 à Fécamp, qui avait été son élève, lui a rendu hommage en publiant une photo prise à bord d’Iris, le bateau d’Yvon, en 1972 en Mer du Nord.

En complément de la vidéo de la soirée des Mémoires de la Mer 2012, le texte de mon message à Yvon Le Corre lors de la remise de son prix :

« Je veux d’abord vous remercier d’avoir accepté notre prix et de vous être personnellement déplacé pour le recevoir.

Car j’ai cru comprendre que vous n’aimiez pas beaucoup les honneurs et que vous en aviez refusé plusieurs et des plus éminents. Vous avez accepté notre prix et nous en sommes très fiers. Le hasard de la répartition des livres au sein du jury m’avait attribué votre livre. Je dois vous dire que je l’ai ouvert avec une certaine méfiance, voire une certaine appréhension.

Méfiance à l’égard d’un livre écrit, comme on dit, à compte d’auteur, par un auteur renommé certes mais surtout connu comme peintre, comme dessinateur, comme navigateur solitaire et comme un grand monsieur du Carnet de Voyages.

Méfiance donc mais aussi appréhension face à ce livre à l’allure bizarre, avec ce titre en forme de jeu de mots, avec ces 60 pages découpées en 13 chapitres, rebaptisés livres comme dans la Bible…

J’appréhendais aussi, je peux vous l’avouer, que votre livre ne soit qu’un cri de colère, celui d’un marin solitaire, nostalgique d’un monde de la mer plus authentique et plus fraternel.

Et bien, j’avais tout faux !

S’il y a bien des coups de gueule – ô combien mérités – dans votre livre, c’est surtout un formidable cri d’amour pour la mer, pour sa beauté, pour cet art sans triche qu’est la navigation à la voile.

Un cri d’amour envers et contre tout, malgré tout ce que la mer vous a fait et vous a pris, comme vous le racontez avec vos mots et vos dessins, dans ce très beau livre 2 intitulé tout simplement «Naufrage».

Et, cerise sur le gâteau, votre livre est aussi un vrai bijou d’impression, un bijou que vous avez fabriqué seul au plomb, au cuivre, à l’eau-forte sur une presse vieille de 150 ans. Un livre que vous avez tiré vous-même sur des feuilles de vélin : du vélin de Lama de 250 gammes pour être précis !

Merci de ce cri d’amour pour le livre et pour la mer que je ne peux que vous inviter tous à lire au plus vite ! Merci et bravo !

Benedict Donnelly