« Naufrage  » le tract de crise de Gallimard du 27 avril 2020

Le Tract de crise publié le 27 avril par les Editions Gallimard est signé Michael Ferrier, écrivain et essayiste français qui vit à Tokyo où il enseigne la littérature.L’auteur nous invite à lire des récits … de naufrages !

« Ce à quoi nous assistons depuis quelques semaines porte un nom : c’est un naufrage. Le hasard, qui peut être surprenant comme la rencontre d’une chauve-souris et d’un pangolin sur un lit de réanimation, fait parfois bien les choses : quand la pandémie a commencé à se répandre sur la planète, j’étais en train de lire les Histoires tragicomaritimes (Éditions Chandeigne, 1992), trois récits de naufrages où, sur des mers variées, les hommes meurent par milliers. Ces trois récits portugais sont d’un autre temps (le xvie siècle), dans un contexte sociopolitique différent (à l’aube de la mondialisation des transports, aujourd’hui si avancée) et où la maladie ne joue qu’un rôle parmi d’autres. Pourtant, il n’est pas inutile de prêter l’oreille à ces témoignages des rescapés. Écrits dans une langue précise et sobre, ils voguent littéralement sur une mer déchaînée pour traverser les siècles et se porter jusqu’à nous…

Le Tract de crise – Michael Ferrier

« Les Histoires tragico-maritimes » parues il y a une vingtaine d’années aux Editions Chandeigne ont été publiées dès le XVIe siècle en pla­quettes populaires. Elles connurent un grand succès avant d’être rassemblées (au moins pour douze d’entre elles) par Bernardo Gomes de Brito, en 1735-1736, sous le titre évo­cateur d’História Trágico-Marítima. Le livre réunit le naufrage de la nef Conceição qui s’est per­due sur un atoll de l’Océan Indien en 1555; la perte du grand galion São João sur la côte du Natal en 1555 et le naufrage de la nef São Paulo survenu en 1562 à l’île de Sumatra.

Évoquer la publication de ce Tract de crise est aussi l’occasion de donner un grand coup de chapeau à Michel Chandeigne qui était, il y a un an, à Fécamp l’un des invités d’honneur de la première édition du Festival des Mémoires de la Mer, pour célébrer les 500 ans du Voyage de Magellan et commenter « Le voyage de Magellan, 1519-1522: La relation d’Antonio Pigafetta & autres témoignages » dont il est à la fois l’auteur et l’éditeur.   

Benedict Donnelly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *