Quand la Mer n’existait pas !

La représentation du paysage dans l’art émerge vraiment au cours de la Renaissance, même si des paysages purement marins sont encore à cette époque encore rares.

Dans un article paru en 2015 dans Télérama, Olivier Cena évoque cette émergence du paysage marin dans la peinture. Nous en publierons tour à tour, avec l’accord de son auteur, plusieurs extraits pour répondre à la curiosité suscitée par l’évocation récente sur ce site du rapport à la mer de deux peintres contemporains : Edward Hopper et Olivier Debré. 

Premier épisode : Quand la Mer n’existait pas !

« Au mieux, elle disparaissait derrière la représentation d’un dieu barbu armé d’un trident — Poséidon pour les Grecs et Neptune pour les Romains. Au pire, elle n’était qu’un support discret et décoratif des navires, nefs, galères, felouques, dahabieh et toutes sortes de pirogues monoxyles représentés sur les enluminures du Moyen Age et certains murs et poteries antiques. Plutôt que la Mer, l’artiste peignait de l’eau — ainsi cette étendue vert glauque sur laquelle navigue le voilier italien sauvé du naufrage par saint Nicolas de Bari, peint par Gentile da Fabriano en 1425  » 

Olivier Cena – Télérama

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *