In Waves : le regard d’Olivier Le Carrer

In Waves – Aj Dungo

Difficile de plaire à tout le monde… Salué par la critique unanime, apprécié du grand public, lauréat du prix BD Fnac France Inter, ce roman graphique a reçu un accueil plus mitigé chez les passionnés de surf. Le malentendu s’explique aisément car In waves est avant toute chose l’hommage d’un jeune dessinateur américain à son amie Kristen, morte d’un cancer à 26 ans. Il raconte avec beaucoup de tact et de sensibilité la rencontre amoureuse, la maladie, la rémission, la mort… 

Le surf ? Il a bien sûr une forte présence visuelle dans l’album. D’abord parce qu’il s’agit d’une des passions de Kristen, ensuite parce que l’auteur entreprend de raconter en parallèle les tenants et aboutissants de ce sport. C’est peut-être là que le bât blesse… Aj Dungo confesse hors micro que cette partie historique était une demande de l’éditeur et cela se voit car il est manifestement moins à l’aise dans cet univers que dans son très beau récit personnel. Les références aux origines du surf et à ses pionniers sont parfois approximatives et le résumé des parcours de Duke Kahanamoku et Tom Blake – deux figures mythiques du surf hawaïen – semble plaqué un peu artificiellement sur l’émouvante histoire de Aj et Kristen qui se déroule entièrement en Californie et se suffisait parfaitement à elle même.

Reste une impression étrange en refermant cet ouvrage au texte minimaliste : celle d’avoir avalé un volume de 370 pages en à peine une demi-heure en ne cessant de tourner les pages… Plus d’un kilo de papier utilisé pour si peu de lecture ? La tablette serait sans doute une option plus confortable et raisonnable pour ce genre d’album petit format. Et ce d’autant plus que l’illustration en bichromie, très « numérique », semble pile poil taillée pour l’écran.

(Casterman 2019 – 23 €)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *