Chronique d’une chanson : Quand la mer monte

La chanson a toujours été à l’honneur des Mémoires de la Mer : invitée d’honneur de nos soirées de remise des prix depuis 15 ans et, un temps, au coeur même de nos prix.

Nous inaugurons aujourd’hui  avec Michel Verschaeve une nouvelle rubrique : la chronique d’une chanson. Et quelle chanson ! Quand la mer monte » une chanson de Raoul de Godewarsvelde et de Jean-Claude Darnal, interprétée dans la vidéo jointe par Jean-Claude Darnal lui-même.

Une chanson qui est aussi le thème musical du film du même nom de Yolande Moreau et Gilles Porte. Qui mieux que Michel pouvait évoquer l’imaginaire de cette chanson. Un imaginaire qui est aussi le sien, celui de Dunkerque et de la côte flamande, lui qui est né à Malo les Bains au milieu des années 50, a fait ses études musicales à l’harmonie municipale à la trompette (concert kiosque à musique, Sainte-Cécile, bal de Carnaval, lancements de bateaux :tanker, méthanier …), formé à 14 ans l’orchestre des « Petits Minets » (trompette, chant et guitare) et animé bals, banquets et mariages dans toute la région… Avant de « monter »  à Paris pour y faire carrière et quelle carrière :  premier prix de chant et d’art lyrique au Conservatoire National de Pais, interprète d’opéras et de comédies musicales, metteur en scène de pièces de théâtre et d’opéras….

La Voix de la Mer

Raoul de Godewarsvelde fut et reste indiscutablement une figure emblématique de
l’esprit festif des gens des Hauts-de-France.

Sa voix unique, rocailleuse et profonde, touche le cœur et l’âme sans détour (il faudra
attendre Garou pour retrouver avec talent ce type de voix).

Avec sa casquette de vieux loup de mer, il a beaucoup chanté l’infini et lorsque paraît
en 1968 Quand la mer monte une brèche est très sérieusement ouverte dans le hit-
parade où règnent les succès planétaires des Beatles, Moody blues, Dutronc, Bee Gees, etc.

C’est une sortie au large avec son ami Jean-Claude Darnal qui décida de la création de
cette mythique chanson avec le refrain célèbre :

Quand la mer monte
j’ai honte, j’ai honte
Quand ell’descend
Je l’attends

A marée basse
Elle est partie hélas
A marée haute
Avec un autre.

Son rapport avec la mer et le monde des pêcheurs est évident, il est viscéral car il
représente la culture du bistrot. Ce lieu de convivialité, le rendez-vous des pêcheurs, là où le vrai chanteur populaire puise son inspiration, là où l’on refait la mer !

Cap Gris-Nez (où il habitait), Cap Blanc-Nez, poissons, sel, marée, rident (argot marin), flot, filet… nourrissent avec embrun ce texte qui dans les couplets est pratiquement déclamé plutôt que chanté, renforçant ainsi l’aspect diseur de l’interprète qui cherche à mettre avec force le mot en valeur, faisant ainsi surfer le texte sur la vague de l’émotion.

Michel Verschaeve

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *