Du génie français » de Regis Debray NRF Gallimard

A priori, le dernier livre de Régis Debray n’a aucun titre à entrer dans cette rubrique dédiée aux Mémoires de la Mer. Consulté par la Société des Gens de Lettres dans le cadre de l’avis demandé à celle-ci par la présidence de la République sur le choix de l’écrivain français appelé à donner son nom au pavillon français de la prochaine Exposition Universelle, Régis Debray fait de son plaidoyer pour Victor Hugo, face au favori Stendhal, un essai sur « l’art d’être français ».

 Et réhabilite, chemin faisant, la France du large, en « rappelant qu’il y a deux arts d’être français, et que ceux qui l’auraient oublié auraient tort de négliger la chance que nous avons d’avoir deux options au menu, bocage ou grand large, fromage ou dessert ».

 Et il nous donne des raisons d’espérer : Même si « nous avons beau avoir …la deuxième zone maritime du monde après les Etats-Unis, trois grandes façades sur mer, la Corse et la rade de Brest, » et que chez nous « l’esprit de famille a pour ultime réduit et terre de salut en cas de coup dur le Massif Central ou le Puy de Dôme…  Une hérédité n’est pas une fatalité »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *