Piraterie : le choc des BD !

Hasard des programmations : durant ce mois de septembre, deux festivals de BD ont choisi de mettre à l’honneur deux regards très différents sinon oppposés sur la piraterie.

A Rochefort, le festival Roch’fort en Bulles qui s’est déroulé les 5 et 6 septembre dernier a accueilli Frank Bonnet, l’auteur, avec le scénariste Marc Bourgne, des Pirates de Barataria, une série démarrée il y a déjà dix ans, qui en est à son 12ème tome !

L’histoire suit les aventures des pirates français Jean et Pierre Laffite.
Jean Lafitte, né dans les années 1770-1780 dans le Sud-Ouest de la France ou peut-être à Saint-Domingue, et mort vraisemblablement entre 1823 et 18271, est un flibustier français qui écumait le golfe du Mexique au début du xixe siècle.

Il crée son propre « royaume de Barataria » dans les marais et les bayous près de La Nouvelle-Orléans afin de contrôler l’embouchure du Mississippi après l’achat de la Louisiane en 1803, avec sous ses ordres plus de mille hommes. Son soutien au général américain Andrew Jackson fait basculer la bataille de La Nouvelle-Orléans, en 1815. Il prend part au trafic des esclaves, alors interdit. Son frère Pierre et lui fondent ensuite Galveston, premier port cotonnier du Texas, où ils espionnent au service de l’Espagne contre les révolutionnaires mexicains entre novembre 1815 et juin 1816, selon les archives espagnoles à Séville2. De nombreux sites en Louisiane et au Texas portent son nom.

Wikipedia
Les pirates de Barataria

Commentaire à venir sur le site des Mémoires…

Pour mémoire, le récit par Georges Blond des aventures de Jean Laffite, paru en 1985 chez Albin Michel, un récit qui s’appuie sur le Journal de Jean Laffite découvert en 1948, un journal dont l’origine est controversée.

Moi, Laffite

Autre regard sur la piraterie dans le cadre du Festival BD à Bastia

BD à Bastia, organisé depuis 1994 en avril par l’association culturelle corse Una Volta, a décalé cette année sa manifestation en septembre et novembre. Elle accueille dimanche 20 septembre les deux auteurs d’une BD qui prend le contre-pied des récits traditionnels sur la piraterie :

Portrait d’un buveur de Ruppert et Mulot, associés à l’artiste flamand Olivier Schrauwen

« Vous connaissez des pirates leur version hollywoodienne ou les épopées maritimes de Stevenson ? Oubliez ces images. Voici le vrai mythe du pirate : menteur, voleur, lâche, vulgaire. Guy est un de ces spécimens, véritable gibier de potence comme il en exista réellement. Il nous raconte son histoire en bagarres et bitures, sans aucun état d’âme. Guy est un pirate, et de la pire (la vraie !) espèce : sans état d’âme, sans morale, sans couilles. Un obscur membre d’équipage, menteur comme il respire, ivrogne, voleur, paresseux. Loin des mythes littéraires ou des images de cinéma, Guy est un authentique gibier de potence, un horrible spécimen dont ne parlent pas les livres d’Histoire et qui s’approche pourtant davantage de la figure véridique du pirate que ses ersatz habituellement répandus dans la culture. Et Guy nous raconte son histoire, sa terrible et fastidieuse poésie entre bagarres, batailles et bitures, à courir les jupons, à rouler sous les tables et à trancher des cous.
Ruppert et Mulot, têtes de proue de la bande dessinée indépendante contemporaine, s’associent à leur pendant flamand Olivier Schrauwen pour tirer à boulets rouges sur les codes du genre. Ce récit psychédélique, haut en couleur et en dérision, réunit les plus grandes qualités plastiques et narratives de ces trois flibustiers du strip. »

Présentation du livre sur le site des Editions Dupuis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *